Victoire Maracazre

Victoire Maracazre (1916-1948)

redécouverte par Anne Russaouen


 

Histoire d’une découverte

Le nom de Victoire Maracazre m’est apparu embaumé de l’aura mystérieuse de la côte bretonne. Dès l’instant où je me suis sentie liée à ce nom, je me suis sentie liée à une histoire. Sous les nuages d’un dimanche calme, tels que sont tous les dimanches à la campagne, j’ai sorti de la terre ce que je croyais être un lourd morceau d’ardoise oublié.

J’ai gratté la poussière et les racines pour y déceler un caractère, puis une lettre, puis un mot, dans une expérience similaire à de l’archéologie et à cette émotion qui est celle de la découverte de quelque chose d’important. J’y ai lu le nom étrange de Victoire Maracazre, et une date. Simplement. J’ai également trouvé des ossements, ceux avérés d’une femme, mais aussi de deux enfants, probablement des nouveau-nés. Près de ces ossements se trouvait une imposante boîte en fer, rongée par les insectes et l’oxydation. A l’intérieur se trouvaient ce qui semblait être de nombreux effets personnels, parmi lesquels se trouvaient des photographies au dos desquelles étaient griffonnés des poèmes, des pages s’apparentant à des lettres, et des restes de tissu rongés par le temps. De cette boîte, peu d’éléments ont pu parvenir intacts jusqu’à nous. Mais parmi ce mystère et cet oubli ont survécu l’esquisse d’une littérature unique : celle d’une jeune femme morte avant d’avoir pu connaître la qualité de ses écrits.


« A ces chefs-d’œuvre inconnus qui me demeureront étrangers »

“La jouissance de ton regard”, v. 58, Victoire Maracazre

   Ces mots, Victoire Maracazre les griffonne, maladroitement, de l’écriture enfantine propre à quelqu’un qui a appris à écrire sur le tard, seule, à la lumière d’une bougie vacillante. Née trop tôt pour espérer une postérité, et trop tard à ses yeux, Victoire ne s’est jamais sentie à sa place : pas même dans la littérature, dans laquelle elle revendique son tâtonnement à demi-aveugle. 
    Victoire a grandi entourée de sept frères et sœurs, dans la campagne bretonne profonde, à une époque où la condition paysanne était encore, aux yeux des citadins et des bourgeois – et probablement à raison, moyenâgeuse. Grandissant sans eau courante et sans électricité, son monde est comme l’univers immémorial qui compose son entourage : figé, bucolique pour certains, désespérant pour d’autres. Victoire s’est apparemment revendiquée des deux. 
    Elle rencontre Rosalie De Rohan lors d’un des voyages de cette dernière en Bretagne avec son père. C’est dans le contexte de l’exaltation des côtes bretonnes évoquées par la tradition de l’Ingénu de Voltaire que la famille De Rohan, exilée dans la région parisienne, découvre la côte léonarde. Selon Maggie de Rohan, arrière-petite-fille de Rose, cette tradition s’est perpétuée. On ignore cependant comment elles auraient pu se rencontrer. Les écrits de Maracazre faisant référence à un « premier feu » semblent évoquer une foule. S’agissait-il d’un marché ? S’agissait-il d’un bal campagnard, dans lequel on imagine Rose, costumée à la manière locale ? 
    De son histoire d’amour éclair, nous ignorons pratiquement tout. Il ne nous reste plus que le miroir déformant des représentations de l’amante dans ses textes, une image ambivalente, entre Vierge et putain. Rosalie lui apprend à lire et à écrire, et Victoire s’approprie très rapidement ces nouvelles connaissances, qu’elle assimile à son amour. La naissance de son art est dépendante de la naissance de ses sentiments. Il nous plaît à lire la rapidité de son apprentissage dans la force de la liaison entre les deux femmes. Rosalie se fait préceptrice et muse, avant de « disparaître » pour se marier. Victoire ressent cette rupture forcée comme une trahison, bien que tout nous porte à croire que Rosalie en était également blessée. Cette trahison devient le moteur de sa création – elle ne pensera plus l’art que comme un réceptacle à sa haine. La haine de soi, la haine des autres, la haine de la nature. Ce cœur, qui se revendiquait fait pour aimer, ne se complaira plus que dans la violence la plus sourde.
    L’écriture de Victoire Maracazre, c’est l’histoire d’une tragédie grecque. Le pressentiment constant d’un malheur à venir, une exaltation lyrique qui tente en vain d’y résister. A travers le rétablissement et à la réhabilitation de ses textes, nous souhaitons lutter contre la fatalité oublieuse. La littérature reste, et lutte contre le temps et la mort. Nous pensons à tous ces « chefs-d’œuvre » qui resteront inconnus – toutes ces existences qui resteront muettes. Et nous tenterons de faire parler celle de Victoire plus fort que l’oubli.  

 

Pour en savoir plus :

  • Contact : contact@victoiremaracazre.com

A écouter !

 

 

 
 
​Pétition en ligne