Qu’est-ce que la littérature générale et comparée ?

Qu’est-ce que la littérature générale et comparée ?

La LGC étudie, dans une perspective à la fois esthétique, historique et théorique, les littératures, non de manière isolée, mais dans leurs rapports avec l’étranger, les arts, les pratiques sociales et culturelles. Il s’agit de mettre en regard les œuvres étudiées pour éprouver leurs ressemblances et leurs différences, leurs convergences et leurs originalités, afin d’envisager les phénomènes littéraires dans leur réalité transnationale (mouvements artistiques, questions génériques, etc.). Les études peuvent être conçues en synchronie (autour d’œuvres d’une même époque) ou en diachronie (en envisageant des œuvres d’époques différentes reliées par des enjeux esthétiques communs).

Dans ce cadre, la démarche comparatiste adopte une dimension volontiers pluridiciplinaire (envisageant la littérature dans ses rapports avec les sciences humaines : histoire, philosophie, sociologie, psychanalyse, etc.), interartistique (confrontant la littérature à ses interactions avec le cinéma, la peinture, les arts plastiques, la musique, le théâtre, l’opéra, la danse, etc.), transséculaire (étudiant un genre à travers les siècles, la réception de tel mythe ou de tel auteur dans des œuvres plus tardives, etc.) ; mais le critère absolu de la LGC est la construction de corpus plurilingues, permettant d’analyser des questions littéraires ancrées dans des espaces culturels et linguistiques différents.


Parmi les types d’études les plus classiques en littérature comparée figurent
– les études de réception (d’un enjeu littéraire d’un pays à l’autre et d’une époque à l’autre)
et les transferts culturels,
– l’analyse des relations entre classicisme(s) et modernités(s) ou entre héritage(s)
littéraires(s) et (ré)écriture(s) contemporaine(s),
– les études imagologiques ou relatives à l’histoire de la circulation des idées et les
représentations littéraires dans une perspective transnationale,
– le traitement dans un corpus littéraire et artistique de questions historiques, éthiques ou
philosophiques,
– les questions de poétique et d’esthétique à l’échelle transnationale,
– la question des adaptations intermédiatiques,
– les études de traduction et de traductologie.


Les études comparatistes, si elles veillent constamment à citer des traductions des œuvres étudiées ou à en proposer de nouvelles, et à réfléchir de manière critique aux enjeux de la médiation d’une langue à l’autre, s’attachent à fonder leurs analyses sur la version originale des textes : il convient donc d’avoir une maîtrise satisfaisante de la compréhension écrite des langues étudiées.


Pour davantage de précisions sur l’histoire et les enjeux de cette discipline, on peut se reporter aux sites de l’Association Internationale de Littérature Comparée et de la Société Française de Littérature Générale et Comparée :
https://www.ailc-icla.org/fr/
http://sflgc.org/sflgc/qui-sommes-nous/.


Bibliographie indicative :

– Yves CHEVREL, La Littérature comparée, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1989.
– Yves CHEVREL et Pierre BRUNEL (dir.), Précis de littérature comparée, Paris, PUF, 1989.
– Daniel-Henri PAGEAUX, La Littérature générale et comparée, Paris, Armand Colin, « Cursus », 1994.
– Didier SOUILLER et Wladimir TROUBETZKOV, Littérature comparée, Paris, PUF, 1997.
– Pierre BRUNEL, Claude PICHOIS et André-Michel ROUSSEAU, Qu’est-ce que la littérature comparée ?, Paris, Armand Colin, « U », 1997.
– Yves CHEVREL et Yen-Maï TRAN-GERVAT, Guide pratique de la recherche en littérature, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, « Les fondamentaux de la Sorbonne Nouvelle », 2018.