Louise Landrin

Louise Landrin (1890-1953)

Poétesse retrouvée


Louise Landrin. A l’ombre d’un grand écrivain
enquête documentaire sur la vie et l’œuvre de Louise Landrin
(Breizh Seizh Production, film, 27’44)

En ligne sur l’Aire d’U (cliquez ici)


De l’ombre à la lumière

Présentation extraite de la revue réalisée par la médiathèque de Saint Gilles lors de l’exposition récemment consacrée à Louise Landrin à l’occasion de la découverte de ses écrits son arrière-petit-fils résidant dans la commune de Saint-Gilles.

Louise Marie-Anne Landrin, née Denez, naît à Saint-Gilles (35) le dix-sept juillet 1890. Ses parents vivent modestement dans la maison familiale, et tiennent un petit magasin de couture à Saint-Gilles : le père, Robert, est tailleur, il se déplace à domicile dans plusieurs villages alentours, à vélo. La mère, Marie, reçoit les commandes dans la maison familiale, et elle-même coud, chez eux. Les soeurs de Marie travaillent également à la couture, et sont presque tous les jours chez les Denez. Lorsque Louise voit le jour, M. et Mme Denez ont déjà une petite fille, Marthe, née deux ans avant Louise. Louise et Marthe grandissent, elles passent leurs journées avec leur mère et ses soeurs, jouent avec les enfants du village. Elles aident aux travaux domestiques et agricoles chez leurs voisins, et apprennent à coudre. Le commerce de la couture prospère, le projet d’ouvrir un magasin de couture germe dans la tête des parents de Louise. Ils s’associent avec une autre famille du village, les Guilloux, et ouvrent leur magasin en 1904. Un an plus tard, à l’âge de quinze ans, Louise travaille tous les jours au magasin : elle coud, et assiste sa mère et M. Guilloux pour commander les tissus, s’occuper des salaires de la couturière embauchée en plus. Marthe y travaille également.

            Parallèlement à ses débuts dans la couture, Louise développe une passion pour la lecture et l’écriture : l’un des beaux-frères de sa mère, Bertrand, est instituteur dans une ville à côté : il vient régulièrement chez sa soeur, et apprend à Louise et Marthe à lire et à écrire. Louise prend très vite goût à la lecture, et emprunte à son oncle de nombreux livres : elle aime par-dessus tout la poésie. À  onze ans, son oncle Bertrand lui offre un carnet qui influence sa vie : Louise commence à y écrire ses journées. Très vite, elle s’essaie à écrire des courts poèmes, sur sa campagne natale, sur la mer et la montagne qu’elle imagine…

            En 1907, un drame ravage la famille : la mère de Louise meurt subitement, à la suite de quoi son père tombe gravement malade, il reste alité pendant plusieurs mois avant de décéder à son tour. Marthe et Louise se retrouvent alors à remplacer leurs parents au magasin de couture, avec M. et Mme Guilloux. Ils travaillent vigoureusement pour maintenir le commerce à flots. Il s’agit d’une période très dure pour les deux soeurs. Cela se ressent dans l’écriture du journal de Louise – elle écrit beaucoup moins, et ne compose plus de poèmes par manque de temps.. En 1908, Marthe rencontre son futur mari, Federico Galvez un homme aux origines franco-espagnol, venu rendre visite à l’un de ses amis. Marthe et lui tombent amoureux, ils se fiancent dans l’année. Federico prolonge son séjour en Bretagne, puis retourne en Espagne avec Marthe en 1909. Louise dirige seule le magasin de couture, et en réduit son activité. Suite au départ de sa soeur, malgré l’intensité du travail, elle recommence à écrire plus régulièrement dans son journal, et y écrit à nouveau des poèmes.

            C’est à cette époque, en 1910, qu’elle rencontre un homme qui devient son amant. Il semble être issu d’une classe plus aisée qu’elle mais son identité demeure inconnue. Il ne signe ses lettres que par une initiale, “V.”, tandis que lui la surnomme « Pomme d’Anis ». De nombreux mystères entourent de cet homme : Louise et lui s’envoient des lettres où ils échangent autour de la littérature et de l’écriture, lettres dans lesquelles Louise glisse certains de ses poèmes. La relation avec cet homme se poursuit jusqu’en 1916, bien que Louise, âgée d’une vingtaine d’années, ressente l’obligation sociale de se marier. À la lecture de leurs lettres, il semblerait pourtant que les deux amants n’aient jamais songer au mariage.

            Louise vit désormais seule dans l’ancienne maison familiale; ses oncles et ses tantes venant l’aider pour tenir le commerce. A l’aube de la Première Guerre mondiale, elle retrouve un ami d’enfance, Gaspard Landrin, avec qui elle se fiance avant son départ au combat. Il semble qu’ils se soient fiancés par devoir malgré leur affection commune. Les années de guerre sont difficiles pour Louise : avec les Guilloux, elle doit fermer le magasin, et travaille seulement chez elle. Nous avons peu d’informations sur sa vie pendant la guerre, uniquement des ébauches de journal. En avril 1916, elle rend visite à sa soeur en Espagne, dans le pays catalan : Marthe est alors enceinte et il est prévu que Louise lui tienne compagnie jusqu’à ce qu’elle accouche. Il semblerait que Louise et son amant se retrouvent en Espagne et que leur relation prenne fin à cette époque. En 1917, Gaspard est blessé d’une balle dans le pied : il rentre à Saint-Gilles, Louise et lui se marient. Ils habitent dans la maison familiale des Denez. La guerre prend fin, le couple décide de ne pas rouvrir le magasin et Gaspard continue son métier de tailleur. Louise coud de moins en moins. Son journal intime témoigne d’une grande tristesse et il n’est plus jamais question de son amant. En cela, nous pouvons constater que Louise a définitivement mis un terme à sa relation avec “V.”. C’est en 1920 que Louise et Gaspard Landrin ont leur premier – et seul – enfant : Jeanne. Suite à la naissance de sa fille, Louise ne coud plus que pour ses proches, et s’occupe de la maison. Elle souhaite transmettre à sa fille sa passion pour la poésie, et insiste pour qu’elle suive assidûment l’école. Louise continue à écrire et témoigne de la Seconde Guerre mondiale dans son journal : la peur des fouilles allemandes, les exécutions qu’elle entend proches de sa maison… Gaspard est réformé : sa blessure au pied a entraîné des complications médicales et il ne peut plus combattre. Il reste donc à Saint-Gilles avec son épouse et sa fille. Dans son journal, Louise fait part de la terreur qu’elle éprouve face à la vieillesse. A la suite de cette maladie, elle décède en 1953. Gaspard meurt trois ans après sa femme.

            Il semble que n’ait pas Louise souhaité éditer ses poèmes. Elle considérait l’écriture comme une activité personnelle, qu’elle ne souhaitait pas partager.


Extraits

Le don de soi-même -1908

Elle s’offre à chacun comme une récompense
Et se donne avant que vous ne l’ayez méritée
Au fond d’elle quelque chose pense
Comme une divine Prométhée.

Au centre d’elle une si puissante créature
Que les sommets, au plus haut des montagnes,
Basculent et disparaissent de la nature
Et ne reste que la campagne.

C’est un être qui vit dans sa vie, les moments qui la composent.
Qui ne sait pas rire si elle rit.
C’est un être néant, plein de métamorphoses
Qui sans honte la regarde rougir.

« Je suis là » semble t-il dire
C’est peut-être du vide comme est le vide
Mais si grand que le bien et le mal, cela va sans dire,
Ne le remplissent pas.

Hors de moi, comme en moi,
L’irremplissable Vide
L’inconquérable Rien.

 Attendre le soleil – 1910

Les oiseaux sont solitaires pour faire s’éteindre la nuit
Quand ils planent sur l’horizon, leur plumage est sans pareil,
Ils bombardent de rayons l’ombre glacée qui les suit.
Chantent fort et chantent clair pour faire se lever le soleil.

Mais les anges ne savent pas que leur soleil est un brut
Car le jour est un mystère qui s’évanouit d’espoir,
Quand revient le chant du soir. Il traîne vers son but
Le câlin de ses prophètes et ne leur dit pas bonsoir.

Ils sont tristes, les oiseaux, et migrent sans un bruit
Vers la terre de l’infini pour y éteindre la nuit
Que reviennent à nouveau le soleil et ses rayons.

 

La chambre solitaire – 1913

Les forme confuses à l’orée des draps

– Ne pas bouger

De l’enclos du silence

D’où s’élève le bruissement des orangers –

 

Le vent du large s’agite

A travers l’allégresse de la mer

Et ton corps se balance

Au gré de la pureté terrestre

 

La nuit a le souffle court

A la rencontre de cette chambre oubliée

Dans laquelle s’engouffre le macadam

De la précieuse absence

 

Je rêve de ces campagnes civilisées

Tapissées de fines aurores

Habillées de collines et de bois

Où hélas nous nous séparons encore.

 

Le pays du vent d’ouest – 1920


Le vent d’ouest est mon seul pays,

Ses paysage de pluie, ses pluie de larmes,
Qui jamais ne s’apaisent, et si loin me pèsent.
Là-bas il n’y as qu’une dune, mais celle qui donne sur la lune,
où je me rendais si tard pour contempler le soir.

Le vent d’ouest est mon seul pays,

Les vagues grises, qui nous assaillent, là-bas dans mon pays,
Cachent le soleil noir, qui dérive souvent le soir.