Colloque 2022-2023

Colloque du Master 2 LGC – Marges

Lundi 27 et mardi 28 mars 2023 – B332

Le colloque des étudiant.es en 2e année de Master Littérature Générale et Comparée de l’université Rennes 2 permet à ces dernier·es de proposer une communication scientifique en rapport avec leurs recherches personnelles dans le cadre du mémoire, mais également d’établir les fondements d’un dialogue autour des enjeux de la littérature à travers les âges et les espaces, les formes et les genres. L’édition 2023 met à l’honneur la notion marge, d’abord à comprendre dans une perspective spatiale, littéralement ou métaphoriquement : elle désigne un espace particulier, que l’on comprend dans la relation qu’il entretient avec d’autres espaces jugés plus centraux. S’intéresser aux marges, c’est alors prendre le parti d’observer, dans les œuvres littéraires étudiées, un ensemble de dynamiques qui peuvent échapper au premier coup d’œil : prêter attention aux personnages secondaires, aux décors d’un œuvre ; porter le regard sur des pratiques littéraires et artistiques minoritaires, voire s’intéresser à des sujets et des pratiques peu canoniques ; s’interroger sur la façon dont une œuvre littéraire peut donner la parole à des êtres et des préoccupations marginales, et interroger la nature de cette prise de parole, la violence qu’elle peut impliquer ; explorer des dynamiques de renversement qui viendraient contester cette marginalité, et les enjeux de pouvoir que celles-ci impliquent…  

Lundi 27 mars

13h30. Accueil et introduction de la journée

Écriture, marginalité et regain de pouvoir

13h50. Anne-Lise Brindejonc, « L’écriture comme refuge dans un témoignage fictif : comment la vengeance permet d’échapper à un univers de violence ? »

14h10. Célia Posta, « “C’est toi le pédé ?“: l’autobiographie comme outil d’émancipation chez les auteurs homosexuels de l’ultra contemporain Timothy Conigrave et Edouard Louis »

14h30. Clémence Chabod, « Des voix à reconquérir et des savoirs à révolutionner : étude des marges et des marginalités dans Woman and Nature. The Roaring inside her de Susan Griffin »

14h50. Discussions et pause

Personnages féminins et marginalisation

15h20. Floé Moisy, « Représenter les femmes de la littérature arthurienne : marginalisation du personnage de Guenièvre dans Guinevere : la dame blanche de Jean-Louis Fetjaine »

15h40. Xiaodan Mu, « Émancipation ou marginalisation des femmes ? Slash fiction : un espace marginal, entre la construction et la dissolution de l’hétérotopie »

16h. Discussions

Marginalités spatiales, marginalités sociales

16h20. Élisa Tessier, « Marginalisation sociale et spatiale des personnages principaux féminins dans la littérature gothique »

16h40. Solène Ruiz, « La marginalité, entre la violence et le refuge : le personnage de Rhoda dans The Waves de Virginia Woolf »

17h. Anne-Claire Bouttier, « Le “chez-soi” comme horreur : étude des violences et incestes dans le cadre privé au sein du texte Sa préférée de Sarah Jollien-Fardel »

17h20. Discussions et pause

***

18h. Rencontre avec Perrine Tripier, ancienne étudiante du master LGC, autrice du roman Nos Guerres précieuses, paru en cette rentrée de janvier 2023 dans la collection Blanche chez Gallimard

« Je marchais à pas lents de bout en bout dans la Maison, et la traîne de fourrure me suivait comme un lourd serpent louvoyant. Bêtes fauves, bois de camphre, pin qui brûle et pain qui fume, j’emplissais la Maison de chaleur et de lumières. J’en étais la force vitale, l’organe palpitant dans un thorax de charpentes et de pignons. »


Hantée par un âge d’or familial, une femme décide de passer toute son existence dans la grande maison de son enfance, autrefois si pleine de joie. Pourtant, il faudra bien, un jour ou l’autre, affronter le monde extérieur. Avant de choisir définitivement l’apaisement, elle nous entraîne dans le dédale de sa mémoire en classant, comme une aquarelliste, ses souvenirs par saison. Que reste-t-il des printemps, des étés, des automnes et des hivers d’une vie ?

Mardi 28 mars

13h30. Accueil

Aux marges de la littérature : frontières politiques, frontières médiatiques

13h40. Nina Richard, « Les échelles de la marge : de l’écologie au personnage du journaliste, dans Ecotopia d’Ernest Callenbach »

14h. Émeline Panaget, « La marginalité dans la littérature dystopique : la confrontation de la marge et de la norme dans La Planète des chats de Bernard Werber et Warm Bodies d’Isaac Marion »

14h20. Discussions et pause

14h50. Victoire Piot, « Changer le cadre d’une œuvre : Sacrées sorcières dans l’Alabama ségrégationniste des années soixante, une adaptation à la marge »

15h10. Diane Costa de Beauregard, « Entre trahison et fidélité : le choix de décrire l’indiscernable dans La Horde du contrevent d’Alain Damasio et son adaptation en bande dessinée par Eric Henninot »

15h30. Discussions et pause

La littérature, un lieu pour dire la marge ?

16h. Yuna Kerino, « “Des machines à déniaiser[1]” ? Une lecture comparée du dernier chapitre du Lazarillo de Tormes [1554] et des Aventures de M. Dassoucy de Charles Dassoucy [1678] »

16h20. Aénor Hervo, « L’histoire d’une île marginalisée : la Sicile du Risorgimento comme espace à la marge de l’événement historique dans Le Guépard de Lampedusa »

16h40. Matthieu Gallouedec, « A la quête d’un héritage breton mystique, des États-Unis à la Bretagne : une étude marginale, de l’excès de l’errance à la désillusion, dans Satori à Paris de Jack Kerouac »

17h. Discussions et clôture du colloque


[1] Expression de Sylvie Requemora, « Voyage et libertinage, ou l’usage du genre hodéporique comme “machine à déniaiser” dans la littérature française du XVIIe siècle » dans Annali d’italianistica, 2003, Vol.21, p.117.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search