Colloque 2021-2022

Colloque des M2 du master LGC, édition 2022

6 et 7 avril 2022

Transmission

Le colloque des M2 du master LGC, qui s’adresse aux étudiant·es du Master Littérature Générale et Comparée de l’université Rennes 2, permet à ces dernier·es de proposer une communication scientifique en rapport avec leurs recherches personnelles dans le cadre du mémoire, mais également d’établir les fondements d’un dialogue autour des enjeux de la littérature à travers les âges et les espaces, les formes et les genres. Pour cette édition 2022, il aura lieu les mercredi 6 et jeudi 7 avril 2022.

Programme complet (télécharger le programme)

Mercredi 6 avril

9h Accueil et introduction

La transmission comme métaphore

9h20 Jeanne Launay-Lamothe, « Le vampire, figure d’une hémorragie générique ? Exploration d’un mythe à travers les époques et les médias »

9h40 Malou Beziat, « “[La métaphore] est un virus”, pathogenèse d’une intoxication poétique chez le sujet amoureux dans Les Nuits fauves (Cyril Collard, 1989) »

Questions

10h15 Eve Mandicourt, « L’animal comme symbole dans Anima de Wajdi Mouawad : une poétique de l’étrangement ? »

10h35 Camille Soulabaille, « Fiction animale : la relation au-delà des mots ? L’usage de la parole dans Anima de Wajdi Mouawad »

Questions et pause

Transmission et circulations, 1

11h20 Madelyn Lines, « Brouiller pistes et ondes : transmission, transgression et transmutation du sujet lyrique dans l’œuvre poétique de Blaise Cendrars »

11h40 Jasmine Mainguy, « Monologues intérieurs et missives : la voix autonomisée du personnage comme écho tragique dans « Les Jours de la Passion » d’Almeida Faria »

Questions et pause déjeuner

Transmission, identité, construction de soi et de l’autre par le geste littéraire

14h Carla Bogalheiro, « L’élaboration d’une esthétique littéraire propre à transmettre une identité lesbienne dans l’œuvre de Monique Wittig (L’Opoponax, Les Guérillères, Le Corps lesbien) »

14h20 Noémie Agogué, « De la princesse à la bad bitch storytelling d’une transmission, entre réappropriation, rupture et performance des archétypes des contes de Diam’s à Princess Aniès »

Questions

15h Axelle-Rose Deprez, « Le chemin de la repossession : la littérature comme outil de réappropriation de l’héritage familial dans l’œuvre de Jeanette Winterson et Annie Ernaux »

15h20 Coralie Van Der Biest, « Représenter une identité troublée et susciter l’émotion : réappropriation de la figure maternelle dans Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan »

Questions et pause

Transmettre la mémoire du monde

16h Philippine Cochereau, « Jouer la transmission à travers le témoignage dans le journal intime fictif et réel : universalité et intimité dans le journal du Papier Peint Jaune, de Taxi Driver et d’Anne Frank »

16h20 Charlotte Landois, « Les post-témoignages : quand transmission rime avec précaution. L’exemple de HHhH de Laurent Binet »

Questions

16h55 Mathilde Moreau, « Les romans de la révolte ouvrière : représenter les réalités sociales pour transmettre ses idéaux »

17h15 Manon Maupas, « L’errance de l’homme moderne : réappropriation du nature writing par de nouvelles valeurs »

Questions

Transmission et circulation, 2

17h45 Sarah Rouge-Pullon, « L’enjeu de la double transmission initiée par l’acte de représentation des Gnossiennes de Satie »

Questions et clôture de la journée

Jeudi 7 avril

14h Accueil

Héritages et transmission dans la littérature de genre

14h10 Oriane Pinaud, « Construction et déconstruction du héros dans la prélogie de Star Wars : une réappropriation contemporaine des mythes fondateurs de la culture occidentale »

14h30 Alexandre Le Bihan, « Le parcours de l’héroïne en fantasy : de Belacqua à Parle d’Or »

Questions

15h10 Laurianne Perrin, « De Guillaume Beck à Lord Dunsany et Arthur Machen, en passant par Howard Phillips Lovecraft : remonter le fil textuel »

15h30 Clara Hamza, « La sorcière, héroïne de fantasy : transmission, transposition et réappropriation d’un passé historique et littéraire »

Questions et pause

Transmission, réappropriations, légitimation

16h15 Astrid Dusuzeau, « Du rap au théâtre : la recherche de légitimité littéraire dans la revendication d’un héritage »

16h35 Marie Prodhomme, « Le jeu de rôle textuel par forum : hybridité, illégitimité et écriture de soi, les modalités d’une transmission à plusieurs niveaux »

16h55 Élise Rondouin, « Le calligraffiti : étude de la réappropriation d’une tradition ancienne par les artistes urbains à travers l’exemple de Zepha et Rino Tsk »

Questions et clôture de la journée

 

Appel à communication

Cette quatrième édition[1] propose de mettre à l’honneur la notion polysémique de « transmission », comprise comme un terme pivot dans l’approche comparatiste des œuvres littéraires et artistiques. Emprunté au latin transmissio désignant le « trajet », la « traversée », le « passage »[2], le terme de transmission désigne à la fois l’action « de faire passer quelque chose à quelqu’un » et le fait « de faire passer quelque chose d’un lieu à un autre » ; il permet ainsi d’étudier ce qui se joue lorsqu’une œuvre transite d’une époque à une autre, d’un médium à un autre, d’un contexte à un autre, mais aussi lorsqu’elle accomplit le cheminement de l’auteur ou de l’autrice vers le lecteur ou la lectrice. Il s’agira ainsi prioritairement de s’intéresser aux formes de mouvement – de mise en mouvement – que la méthodologie comparatiste permet de mettre au jour (voire de susciter), et d’être sensible aux mutations et hybridations qu’un tel mouvement provoque au sein des œuvres et pratiques – aux hybridités de tous ordres qu’il produit.

Une première approche du sujet pourra consister en une étude des influences au sens large : de quelle façon peut-on interpréter le rapport que deux œuvres, distantes historiquement ou géographiquement, entretiennent entre elles ? Quelles méthodologies cette étude implique-t-elle, quels outils impose-t-elle de forger ? On pourra notamment se pencher sur les liens intertextuels avérés ou sous-jacents qui émergent à la lecture de deux ou plusieurs œuvres, liens qui peuvent naître dans le seul esprit du lecteur ou de la lectrice, ou bien être confirmés par l’étude des péritextes et des brouillons de l’artiste. La question est alors de savoir ce qui passe, ce qui transite d’une œuvre source à l’œuvre cible : quel matériau est sélectionné, et pourquoi ? On pourra chercher à déterminer la nature et les effets du geste de transmission, compris selon les pratiques comme une forme de continuation – à la manière des auteurs médiévaux tout comme des pratiquant·es actuel·les de la fanfiction – ou d’hommage rendu à un héritage culturel, ou bien encore comme une forme de réappropriation par laquelle l’œuvre initiale (ou le genre initial : on pense ici aux réappropriations de schémas narratifs génériques comme le tragique, par exemple) paraît davantage transformée, travestie ou transfigurée – dans un geste de réactualisation permettant de continuer à faire vivre, à travers les époques et jusque dans notre contemporain, des œuvres et des genres majeurs (ou mineurs) de notre culture commune. Il serait de ce fait intéressant de confronter les deux pratiques (continuation versus réappropriation) et de déterminer le degré d’effraction qu’elles produisent dans l’œuvre source. Ces activités de réécriture, d’adaptation ou de mise en circulation des œuvres peuvent-elles atteindre une forme de trahison ? Quelle serait la nature de cette trahison ?

On pourra prêter une attention particulière, dans cette perspective, au champ du mythe et de sa survivance à travers les époques et les cultures, voire à l’émergence de nouveaux mythes. Pourquoi un mythe est-il repris ? En quoi le mythe se fait-il lui-même moyen de transmission – d’idées, de représentations, de valeurs ? De quoi nous parlent les mythes, et pourquoi nous parlent-ils encore ? Ces interrogations pourront être traitées par le prisme du personnage et de son évolution à travers les œuvres, les pratiques et les époques : on pourra par exemple se demander comment saisir la figure universelle du héros, et s’interroger sur ses vertus littéraires et fictionnelles. Comment les œuvres littéraires et les différentes pratiques retravaillent-elles cette figure ? La notion même de figure pourra elle aussi être creusée, en tant qu’elle dessine les contours d’un personnage réappropriable à volonté, incarnant certaines valeurs par une dimension symbolique dont la signification peut être amenée à varier au gré des transmissions. Comment un héros, un personnage, une figure sont-ils redéfinis dans leur circulation d’une œuvre à une autre, d’un support à un autre, d’une époque à une autre ? On pourra prendre appui sur différents exemples, en allant jusqu’à interroger des figures spécifiques comme celle de l’animal : qu’est-ce que le personnage de l’animal a à nous transmettre ? Que nous dit-il, et comment nous le dit-il ?

Un enjeu paraît découler de cet ensemble de questions : celui de la représentation. En effet, celle-ci[3] se définit comme l’action visant à « rendre quelque chose présent à quelqu’un en montrant, en faisant savoir[4] » : de ce fait, elle paraît parente de la transmission – la transmission passant par des actes de représentation. La représentation peut ainsi consister à (re)produire un spectacle pour un public, comme dans le cadre de la représentation théâtrale ; elle désigne aussi plus largement le fait de trouver un moyen pour rendre lisible une notion abstraite. L’œuvre littéraire, comprise comme la matérialisation d’une pensée, d’un récit, d’une émotion, serait peut-être par nature représentation, médiatisant l’accès à l’idée première donnée en partage. On s’interrogera alors sur les modalités propres de la représentation littéraire : de quelle façon et dans quel but la littérature peut-elle dire le monde ? En quoi le regard de l’écrivain·e sur des faits de société est-il spécifique, et comment l’écriture littéraire ou artistique se réapproprie-t-elle un matériau réel, non fictionnel (comme par exemple les témoignages, ou encore comme le suppose le champ de la littérature de voyage), pour en faire un objet littéraire ? Cette mise en discours du réel par le geste littéraire permet-elle sa réappropriation, voire sa transmission ?

On s’intéressera en particulier au rôle de l’imaginaire[5] et de la fiction dans ce processus de construction ou de reconstruction d’une signification : que transmet spécifiquement la fiction, par rapport à d’autres pratiques ? En quoi la fiction est-elle un outil permettant la transmission d’idées, de valeurs ? Dans ce cadre, on pourra se demander si certains thèmes s’avèrent davantage féconds en termes de transmission (comme celui de l’amour, de l’errance ou encore de la folie, autant de thèmes qui impliquent l’idée d’une mise en mouvement, d’une instabilité ou d’un transfert).

Si l’œuvre littéraire ou artistique peut transmettre un savoir, des valeurs, voire représenter le réel, il paraît nécessaire de s’interroger sur la nature de ces pouvoirs : la question, mettant en relation littérature et éthique, consiste à mesurer la vertu (ou la vanité)[6] du geste littéraire, à l’aune de son engagement – de l’engagement de l’auteur·rice tout comme de celui du lecteur ou de la lectrice, du spectateur ou de la spectatrice face à l’œuvre. On pourra ainsi s’intéresser à des œuvres et des pratiques qui visent à explorer certains types de personnages ou certaines thématiques (féminités, masculinités, lesbianisme, homosexualité ou transidentité) qu’on inscrit habituellement dans le cadre des études de genre et des approches culturelles : faut-il aborder ces œuvres avec des outils spécifiques ? La transmission s’y joue-t-elle différemment ? L’enjeu même de la transmission – celui de faire passer par le biais de l’œuvre un message, si l’on veut – prend-il le pas sur les considérations esthétiques au sein de ces œuvres ? Plus largement, on pourra aussi se pencher sur la question de l’identité (et de l’altérité) et la façon dont une œuvre littéraire ou artistique transmet – construit, déconstruit ? – des identités, voire les performe (on pourra d’ailleurs s’interroger sur les rapports spécifiques entretenus entre le geste de transmission et celui de performance). Une approche spécifique pourra être proposée à ce propos, s’intéressant notamment aux modalités d’écriture permettant la transmission d’une identité : on étudiera ainsi avec profit le domaine des écritures de soi (comment dire ou transmettre sa propre identité ?), et la façon dont le texte littéraire parvient à transcrire une intimité (quelle place lui accorde-t-il ?), que celle-ci soit réelle (exprimée au sein d’une œuvre narrative comme poétique, convoquant la notion de sujet lyrique) ou inventée (comme par exemple à travers le phénomène du journal fictif, brouillant les frontières et troublant la fonction même de la transmission), construite au sein d’un récit, d’une narration, ou bien produite sur scène dans le cadre d’un spectacle.

Ces dernières interrogations ouvrent la voie vers une problématique plus vaste, concernant la matérialité même de la pratique littéraire et ses vertus transmissives : en quoi le langage littéraire peut-il particulièrement être source de transmission ? Au contraire, ne peut-il pas apparaître, dans ses usages esthétiques (plutôt qu’informationnels, par exemple), comme un frein à la transmission claire, transparente ? On peut ici penser à l’usage littéraire de la métaphore, figure de style elle-même très liée à la transmission (puisqu’il s’agit d’une figure de transfert de sens, signifiant étymologiquement « porter au-delà ») : peut-on faire l’hypothèse que la fonction poétique du langage, si l’on reprend la classification de Jakobson, offrirait un surcroît de sens ? Dans cette perspective, on pourra notamment s’intéresser aux écarts entre écriture et oralité, et à la place de la voix dans ces phénomènes.

On pourra également interroger la légitimité, ou l’illégitimité, des pratiques littéraires (notamment marginales, à la frontière du champ) comme outil ou moyen de transmission, en particulier lorsque l’on étudie des objets dont la littérarité peut ne pas apparaître comme évidente au premier regard. On peut même retourner la question : comment réintroduire dans le champ littéraire ces pratiques à la marge ou à la littérarité flottante ? Le travail de recherche ne se teinterait-il pas alors ici d’une vertu pédagogique – autre sens possible de la transmission – par laquelle il s’agirait d’instaurer la légitimité esthétique d’un objet peu étudié, très contemporain, explorant des espaces médiatiques difficiles à classer (comme la littérature dite numérique, l’art urbain, ou même le rap, par exemple ?) ? Enfin, on pourra aussi interroger les pratiques hybrides, mêlant littérature et autres formes d’art (comme la musique, par exemple) : le mouvement impliqué par la notion de transmission serait alors à comprendre comme jouant à l’intérieur même de l’œuvre, plurielle.

[1] En réalité, il s’agit de la cinquième édition du colloque ; cependant, la première édition n’a pu avoir lieu en 2018 compte tenu du blocage de l’université Rennes 2. Auparavant, le colloque portait le nom d’Iper.

[2] Cette étymologie, ainsi que les définitions proposées dans le paragraphe, proviennent du Trésor Informatisé de la Langue Française.

[3] Une partie du paragraphe qui suit provient de l’appel à communication proposé pour le colloque des M2 de l’année 2019, intitulé « Représentations ».

[4] Cette définition provient du CNRTL.

[5] Il s’agit d’une étiquette large invitant à saisir le rôle de l’imagination et de la fiction dans la fondation d’univers autres ou alternatifs, et permettant pour certain.e.s de classer un ensemble d’œuvres reposant sur la construction de mondes fictifs imaginés – comme la fantasy ou la science-fiction par exemple.

[6] On pourra notamment faire un lien avec le nouveau programme du groupe Phi, le groupe de recherche en littératures comparées du CELLAM, intitulé « Vertus et vanité de la littérature » (2021-2026).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search