Appel à communication

Colloque 3C / 2018-2019


Appropriations, réappropriations


Le colloque 3C, qui s’adresse aux étudiants du Master Littérature Générale et comparée de l’université Rennes 2, permet à ces derniers de proposer une communication scientifique en rapport avec leurs recherches personnelles dans le cadre du mémoire, mais également d’établir les fondements d’un dialogue autour des enjeux de la littérature à travers les âges et les espaces, les formes et les genres.
Ce colloque vise à interroger les notions d’appropriation et de réappropriation, dans la lignée de Roger Chartier qui définit la littérature, et plus largement la « création esthétique comme une appropriation créatrice de langages ou d’objets ordinaires » (Chartier, Roger, « Culture écrite et littérature à l’âge moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 56, n° 4, 2001). L’appropriation, dans cette première perspective, serait alors synonyme d’assimilation, et renverrait à l’action de l’écrivain en tant qu’il s’empare du langage et du monde pour faire œuvre (dans une logique de sublimation ?), établissant de nouvelles règles dans l’usage du langage, des images, des objets du monde. Cette assimilation renvoie également à l’écrivain en tant qu’il s’empare des discours et des œuvres le précédant pour construire de nouveau, se « ré-approprier » un langage déjà passé par le prisme de la création esthétique, ou se saisir d’une représentation qu’il s’agirait de renégocier (d’approfondir, de contredire, de contester, de détruire).
Faisant sienne cette œuvre du passé par la réécriture ou l’adaptation, qui viserait à établir une correspondance entre une production antérieure et un contexte contemporain, l’écrivain ou l’artiste participerait ainsi à la circulation des œuvres à travers les époques et les espaces, à travers les genres et les supports. Cette circulation des œuvres par le biais des (ré)appropriations implique l’établissement d’un réseau intertextuel que le chercheur peut analyser, interrogeant la part d’héritage de l’œuvre, la façon dont elle négocie la tension entre tradition et innovation, et l’actualisation des discours auxquels elle donne lieu ; elle incite également à étudier les évolutions formelles et génériques qu’un tel mouvement fait subir au modèle de départ, dans une approche attentive aux effets d’hybridation des œuvres. Dans cette perspective, on pourra rapprocher l’appropriation du détournement, que Nathalie Dupont et Eric Trudel définissent comme un « geste d’appropriation, entre citation, plagiat et pastiche, [qui] peut être irrévérencieux, outrancier, vorace ou subversif » et dont « le résultat […] sera tour à tour comique ou inquiétant, mais – à condition d’être remarqué – toujours désorientant » (Dupont, Nathlie et Eric Trudel, Pratiques et enjeux du détournement dans le discours littéraire des XXe et XXIe siècles, Montréal, Presses Universitaires du Québec, 2012, p. 1). On sera alors attentif aux diverses transformations, mutations et refigurations qui permettent la revitalisation d’une œuvre, d’un topos, d’une période, etc. Dans la lignée de Michel de Certeau et de sa pratique du braconnage (Voir de Certeau, Michel, L’Invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1980 et Freijomil, Andrés G., « Pratique du réemploi textuel et lecture de soi-même chez Michel de Certeau », Les Dossiers du Grihl, n° 2, 2018), on pourra également solliciter la notion de palimpseste, voire d’auto-réécriture.
Mais l’appropriation, définie comme l’acte de faire sien un élément du monde (un langage, une oeuvre, un discours), engage aussi la réflexion du côté de la réception de l’oeuvre littéraire, étant entendu que tout écrivain est avant tout un lecteur. Comme le soutient Roger Chartier, « les réceptions sont toujours des appropriations qui transforment, reformulent, excèdent ce qu’elles reçoivent » (Chartier, Roger, Les Origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990, p. 30, cité par Kraus, Dorothea, « Appropriation et pratiques de la lecture », Labyrinthe, n° 3, 1999), et celles-ci s’inscrivent toujours dans un contexte qu’il faut prendre en compte et interroger6. Quels sont alors les moyens permettant la réappropriation et la mise en circulation d’une oeuvre d’une époque à l’autre ou d’une langue à l’autre ? On s’intéressera en particulier à la façon dont un lecteur (terme compris au sens large) s’empare d’une oeuvre (également comprise au sens large), qu’il s’agisse pour lui de l’interpréter7, de l’actualiser8 ou d’en faire usage, comme Jacques Rancière l’évoque dans La Parole muette9, pour qui la lecture apparaît comme « “la mise en oeuvre d’une écoute, d’une sensibilité à des voix multiples”, qui engage essentiellement une activité de réénonciation10 ».
Ces lectures, permettant une réappropriation des oeuvres, peuvent également conduire à interroger la façon dont se construit le champ même du littéraire et ce que l’on nomme littérarité : qu’est-ce qui appartiendrait, en propre, au littéraire ? On se demandera également en quoi ces lectures permettent, par le biais des oeuvres, une réappropriation du monde, ouvrant vers un enjeu éthique de libération et d’émancipation11 – (re)donnant à l’oeuvre littéraire une vertu, une puissance dans la société (de contestation, de reconstruction), faisant d’elle le lieu d’une renégociation d’enjeux politiques, et faisant de la réappropriation un outil d’engagement.