L’écho écrit n°1 // Hors-normes – 8


Entretien


La place de la littérature dans l’univers numérique

Enterre-moi mon amour

Amandine Carpentier

Dans cet article nous parlerons d’Enterre-moi, mon amour, une application sortie le 26 Octobre 2017. Cette application a été produite par Arte France, The Pixel Hunt et Figs. L’interface est construite sur la forme d’une messagerie instantanée telle que WhatsApp. Nour, une jeune femme syrienne fuit la Syrie pour rejoindre l’Europe. Tout au long de son voyage, elle demande à Majd qui est incarné par l’utilisateur de l’application, des conseils sur ce qu’elle doit faire ou ne pas faire. Majd doit donc faire un choix entre plusieurs possibilités. Ce système où l’utilisateur de l’application prend part à l’histoire n’est envisageable que par un système d’arborescence (Organisation interne et transparente aux yeux de l’utilisateur. Cette structure est comme son nom l’indique construite comme un arbre. Le tronc serait le récit principal, les grosses branches seraient tous les choix possibles, les petites branches les sous-choix qui en découlent. Chaque branche offrant un choix à l’utilisateur). Nous avons décidé de lier Littérature sauvage et cette application pour interroger la place de la littérature sur des supports originaux. Enterre-moi mon amour, c’est cent-dix-mille mots, deux personnages : Nour et Majd. Cent-dix-mille mots cela représente Madame Bovary de Flaubert, Lolita de Nabokov mais aussi Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban de J.K Rowling. La longueur d’un texte fait-il de lui un texte littéraire ? Quand peut-on parler de littérature et quelles sont ses limites ? Le récit d’Enterre-moi, mon amour est inspiré de l’article de Lucie Soulier reprenant l’expérience de Dana. Nour est donc l’incarnation métaphorique de toutes les Dana fuyant leur pays en quête d’un eldorado européen. L’application a une grande part historique et journalistique. Sa mise en récit a pris huit mois à Pierre Corbinais (écriture) et Florent Maurin (codage). Les deux personnages ont été créés avec des défauts afin de les rendre plus humains. Le récit est ponctué d’éléments pouvant distraire l’utilisateur. Comme toute messagerie instantanée, Enterre-moi, mon amour lie texte, son et images.

Afin de bien comprendre la portée de l’application, nous avons interrogé Pierre Corbinais, responsable de 80% de la partie écriture sur la place de la littérature dans cette application de 2017 toujours disponible sur l’App Store ou Google Play.

Quel est votre parcours universitaire et professionnel ?

Après une année de Prépa Lettres avortée et une année de Lettres Modernes, je me suis dirigé vers une licence professionnelle des métiers du livre dans l’idée de me faire libraire. J’ai passé un an sans emploi puis je suis retourné vers les études pour un master de journalisme/communication et contenus numériques. C’est à ce moment que j’ai commencé à m’intéresser à la scène jeu vidéo indépendante/alternative. J’ai travaillé pendant 4 ans à mi-temps dans une petite boîte de presse informatique et j’ai profité de mon temps libre pour apprendre et faire mes propres petits jeux vidéo. Et puis enfin je me suis lancé à l’eau en tant qu’autoentrepreneur/auteur freelance. L’année suivante Florent [Maurin] me proposait de travailler sur Enterre-moi mon amour, et grâce au succès critique de celui-ci, on me contacte désormais fréquemment pour écrire pour des jeux.

Comment en êtes-vous arrivé à écrire Emma ?

Je connaissais Florent parce qu’on s’intéressait tous les deux aux « Newsgames » (jeux sur l’actualité). Lui, il en faisait, moi j’avais fait mon mémoire de Master dessus et j’en ai fait aussi quelques-uns petits. J’avais déjà travaillé pour Florent sur quelques projets, Florent avait aussi édité deux de mes jeux (‘Til Cows Tear us Apart et One of Them, petite vignette sur les violences domestiques qui avait été publiée sur le site de Libé). Emma est d’abord un projet de Florent, c’est lui qui m’en a parlé et m’a proposé de l’écrire. J’ai accepté tout de suite.

Avez-vous toujours travaillé la rédaction de l’œuvre comme future application ?

Oui, Enterre-moi mon amour est au final très proche de ce qu’avait envisagé Florent dès le début : une simili-messagerie instantanée, avec arborescences et choix multiples. Ça a toujours été pensé dans cette optique.

Avez-vous envisagé de publier Emma sous format papier comme Raymond Queneau avec Un conte à votre façon (1967- œuvre publiée en format papier et sous format numérique via un site internet) ?

Nous avons été contactés par un éditeur de livres format papier qui aurait voulu en faire quelque chose mais cela ne s’est pas fait. De mon côté, je ne vois pas l’intérêt de faire une chose pareille, l’application a été pensée pour le medium de jeu vidéo et pour l’interaction. C’est à mon avis cette interaction qui fait sa force. Quitte à publier un échange de messages WhatsApp sur le parcours d’une réfugiée syrienne, autant publier de véritables échanges, comme ce qu’a fait Lucie Soulier pour le Monde: Le Monde : Dans le téléphone d’une migrante syrienne 

Il y a là une force documentaire qu’on n’aurait pas pu avoir dans Emma, à cause de l’interaction justement (on ne peut pas raconter une vraie histoire si le joueur influe sur cette histoire). En contrepartie, l’application permet de générer cette empathie grâce à l’interaction, ce qui n’est pas possible sur une simple publication web/papier. À chaque medium ses spécificités !

Lors de la rédaction, comment avez-vous fait pour écrire des morceaux de texte/ messages se répondant les uns aux autres ? Ou comment avez- vous fait pour que les échanges entre Nour et Majd soient toujours aussi cohérents entre eux malgré les choix du lecteur/joueur ?

Au début avec Florent on avait l’idée de « jouer » chacun un personnage, et de se répondre entre nous. C’était une très mauvaise idée et heureusement que nous l’avons très vite oubliée.

Nous avons donc simplement écrit à la suite, comme on écrit un livre, phrase après phrase. Nous avons découpé le récit en « lieux » qui sont les lieux traversés par Nour. J’ai donc d’abord écrit tout Homs (ville de Syrie). Homs peut mener à Beyrouth, Damas ou Alep. Florent écrit Alep, moi j’écris Beyrouth, puis Damas, etc.

Pour ne pas se perdre dans le récit et les arborescences, nous avons tenu à jour un document étrange avec des sortes de patates (document joint), ça permettait à chacun de nous de suivre l’avancée du récit de l’autre, mais aussi à nous-même de se rappeler des branches qui restent à écrire. Puis, dans un souci de réalisme et pour que les dialogues sonnent « vrais », nous nous sommes beaucoup inspirés d’échanges réels.

Parleriez-vous plutôt de lecteur ou de joueur ? Et, pourquoi ?

Je parle toujours de joueur, car Enterre-moi, mon amour est un jeu. Le fait que le jeu soit très majoritairement textuel ne change pas la donne pour moi. Si je regarde un film en japonais, je ne me considère pas comme lecteur parce que je lis les sous-titres, aussi importants qu’ils soient puisque je ne parle pas un mot de japonais.

Il y aussi un certain aspect « militant » là-dedans – le mot est peut-être un peu fort mais je trouve pas mieux – dans le sens où le jeu vidéo a souvent une mauvaise image auprès du grand public, ou du moins une image extrêmement stéréotypée (jeu violent, juste pour se défouler, etc.). Donc dire qu’Enterre-moi mon amour est un jeu et non pas un « roman interactif », je trouve cela important. Avec Enterre-moi mon amour, on essayait aussi de montrer que le jeu vidéo n’était pas du tout un nouveau sous-genre de médium.

Avez-vous rencontré des contraintes stylistiques (nombre de caractères, niveau de langue) ?

Non stylistiquement, nous avons fait tous ce que nous voulions. Les contraintes, c’était majoritairement des contraintes de temps. Nous devions absolument tenir les délais. Le jeu est ancré dans le temps, il n’aurait donc pas été pertinent de le lancer sur le marché en 2019. Puis, nous avons aussi eu des contraintes journalistiques. Nous ne pouvions pas nous permettre d’écrire tout et son contraire étant donné le sujet très sérieux que nous avions choisi d’aborder

L’application finale lie texte, images et du son, pourquoi ?

Nous avions prévu depuis le début de lier texte et image. Nous voulions vraiment faire une simulation de conversion WhatsApp ce qui implique du texte, des smileys et des photos. Le son ne devait être utilisé que pour signaler l’envoi des messages. Les voix sont venues dans un deuxième temps. Je ne sais plus exactement comment la décision a été prise concernant les enregistrements de Nour symbolisant la fin de son voyage. Nous voulions un moment fort pour conclure chaque partie jouée. La voix est quelque chose de très fort surtout quand c’est inattendu. Alors j’ai ensuite écrit les monologues de fin et des actrices se sont chargées de les enregistrer. Nous trouvions que les enregistrements vocaux collaient plutôt bien avec l’idée de messagerie instantanée.

L’application semble se construire sur un système d’arborescence. Les choix de Majd vont définir la suite de l’histoire. Avez-vous écrit les textes/ messages en premier ou avez-vous dû écrire pour répondre et illustrer ce système d’arborescence ?

Sans rentrer dans les détails, les choix de Majd définissent en effet la suite de l’histoire, mais pas forcément de la manière attendue. Les choix du joueur (de Majd) vont affecter des variables comme la confiance, le moral et l’argent et ce sont ces variables qui vont dicter les choix de Nour.

Par exemple dans une partie, Majd va dire « tu devrais prendre un bateau pour l’Italie » et Nour va répondre « Ouais ok je fais ça » et lors d’une autre partie, Nour va refuser car plus tôt dans la partie Majd aura fait et/ou dit quelque chose à Nour lui faisant perdre toute confiance en lui. C’est un système compliqué et totalement opaque pour le joueur. C’était cependant important pour nous car cela crée un récit plus organique. Nous pouvons aussi éviter l’écueil comme « le mari qui télécommande sa femme à distance avec son téléphone ». Nour est une vraie personne qui prend ses décisions en toute autonomie. Majd/le joueur n’est présent que pour l’assister.

Pour répondre plus précisément à la question, nous nous sommes énormément documenté sur les routes migratoires empruntées en 2016. Nous avons donc aussi créé une arborescence géographique afin de cerner les endroits où Nour était susceptible de passer. Puis nous avons écrit les textes lieu par lieu. Par exemple, nous devions faire passer Nour en Hongrie depuis la Syrie, mais je n’ai pas trouvé de témoignage de réfugiés qui ne soit pas complètement tragique…

Nous ne pouvions donc pas faire passer Nour en Hongrie de façon « réaliste », tout comme pour le chemin Tripoli-Lampedusa. Chemin que nous avons abandonné par manque de temps. Pour résumer, nous faisions d’abord les ébauches des grandes lignes de l’arborescence puis nous écrivions les messages pour ensuite rédiger et dessiner l’arborescence détaillée.

En d’autres termes, l’application d’un point de vue numérique s’est-elle adaptée à la partie « littérature » de l’œuvre (récit, narration, personnages,…) ou bien est-ce l’inverse ?

Les deux bien sûr ! Mais si on compare avec des productions de jeu vidéo plus « traditionnelles », l’écriture a clairement eu une place beaucoup plus grande dans le processus. La plupart du temps dans un jeu vidéo : on crée le jeu pour qu’il soit amusant et divertissant, et puis on demande à un auteur d’habiller le tout avec un scénario et des dialogues. Le « gameplay » précède clairement la narration. Dans Enterre-moi mon amour, on savait déjà ce qu’on voulait dès le début, donc l’écriture et la programmation se sont faits en parallèle. Parfois je demandais à la programmation si mes idées étaient réalisables, on me répondait oui ou non. À aucun moment, on ne m’a demandé de réécrire tout un passage car ce n’était pas en accord avec la programmation.

Le terme seul de littérature ne semble pas coller à cette application. Nous pourrions alors parler de littérature numérique. Enterre-moi, mon amour repousse les limites que la littérature semble s’imposer à elle-même. La place de l’utilisateur est également redéfinie. Il peut intervenir (modestement) et faire progresser l’histoire sans en être le maître absolu. Quelle soit dite sauvage ou numérique, la Littérature n’a donc aucune limite de genre ni de forme !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.