L’écho écrit n°1 // Hors-normes – 7


Article


Penser une écriture dans un espace public : au musée

Fraîches nouvelles

Pauline Guémas

Donner une définition d’une écriture sauvage.

Je ne sais pas si cela est possible puisque le mot sauvage interprété comme ce « Qui échappe aux règles établies, qui se fait en dehors de toute organisation officielle, qui a un caractère spontané et incontrôlable » tend à laisser une marge de liberté. Cela serait peut-être une marge de liberté de se permettre d’entretenir une écriture sauvage. Je pense qu’écrire en étant simplement sincère est une forme de sauvagerie dans notre société bien ficelée par des normes et des idéaux. Je ne parle pas d’être dans un ton provocant. Mais de déclamer tout simplement, en essayant de faire abstraction des lois du marchés, du buzz et de ces esthétiques égocentriques dans lesquelles nous vivons actuellement.

 

Je crois que je pratique une écriture moyennement domestiquée depuis quelques années.

C’est-à-dire que j’ai développé, pendant mon cursus étudiant en arts, des écritures personnelles : tout d’abord sur des supports en papier, en format de poche et progressivement, j’ai commencé à lire ces textes sous forme de performance dans des endroits spécifiques (l’hôtel Pasteur, un cloître, le parc du Thabor, des théâtres et dans l’école des Beaux Arts de Rennes). À chaque fois, je me suis prise au jeu de raconter l’espace dans lequel la lecture avait lieu. Je prépare des textes pour des espaces dit in situ. De ce point de départ – du lieu réel et phénoménologique – dans lequel le corps des auditeurs est inscrit, je déballe l’écriture, et en même temps que je déplie mon texte, je dérive vers d’autres espaces concrets : la rue, la ville, le pays, l’Europe, le monde, la globalisation. Et mes propos, souvent rimés, se font naturellement écho entre eux. Pour moi, l’écriture est un médium où la parole fait acte à travers une lecture publique. Le but étant de donner un point de vue individuel dans des espaces que l’on partage collectivement. J’essaye de faire en sorte de créer un décalage pour parler plus facilement des mauvaises nouvelles que l’on reçoit quotidiennement de la part des médias.

J’annote des mots, qui forment des phrases qui s’assemblent, se nouent, s’enchevêtrent dans un emploi du temps mouvementé par des banalités. Je passe d’un sujet à un autre sans regarder ce que j’ai écrit précédemment. J’écris spontanément. Je ne peux pas digérer mes écritures. Je peux juste les imbriquer mais je ne peux pas les expliquer autrement que dans l’acte d’écrire. J’avance, en direct, dans un perpétuel work in progress, à main levée sur du papier. J’ai besoin du rapport physique de ce dernier. C’est plus spontané et moins normé que l’ordinateur. J’écris des sortes de petits rapports banals. Je cherche sans cesse à donner des nouvelles à des destinataires inconnus, des gens de passage. Peut-être que je cherche à draguer un potentiel lectorat ?

C’est une écriture instantanée, ultra-fraîche que je donne à lire.  Je continue d’écrire sans stratégie, c’est sûrement un passe-temps ou un hobby.

J’ai besoin d’enregistrer, de sonder, de laisser une trace de maintenant. Pour les générations à venir. Pour que les suivants comprennent comment les fossés inter-générationnels fonctionnent, se déconnectent et se reconnectent.

En faisant le bilan, je m’aperçois que je cherche à développer un emploi du temps réel. Mais j’annule l’évènementiel : c’est-à-dire que je poétise le quotidien de manière à narrer des histoires très ordinaires.  À l’intérieur de ces trames il n’y a rien de spécial. C’est seulement de l’anecdote. Une excuse pour écrire : je scripte des ressentis et je retranscris sincèrement l’époque et la société dans laquelle on vit. J’essaye avec la rime, le slam (accentuer la cadence du rythme). Je poétise le quotidien.

Je suppose que la poésie rassemble, comme la musique. J’arrive à mieux comprendre les comportements humains en pratiquant un médium qui ne cloisonne pas.  Je mets en réflexion comment nos corps s’agitent. L’écriture permet d’étaler du commun, du populaire et du savant à la fois.

Mes études me font croire que plus on transpire pour un projet plus il y a de chance de faire naître un objet plastique. Écrire dans l’effort est possible, c’est fatigant mais nécessaire pour renouveler l’écriture.

J’écris pour reprendre, pour ressaisir et contrôler ce que mes sens ont perçu à l’instant présent. C’est une communication futile, de l’ordre du bavardage, comme quand on est au téléphone.

J’use parfois de la paronomase, qui est un rapprochement de mots dont le son est très semblable, par contre, le sens est différent. Voilà une paronomase de Raymond Queneau :  « un jour de canicule sur un véhicule où je circule, gesticule un funambule au bulbe minuscule ».

J’écoute attentivement les paroles des chansons de rap Odezenne et de la variété comme le duo de musique Paradis.

 Dans mes recherches écrites et plastiques il n’y a pas de fictions. Pas de déformations. J’essaye de ne pas exagérer. J’ai beaucoup appris grâce au sémiologue Roland Barthes, notamment avec ses cours au collège de France sur la Neutralité. Il y a des observations et des constats issu du quotidien.

 

En décembre dernier, j’ai eu l’occasion d’expérimenter trois semaines de performances sur un mur dans un musée. J’avais une carte blanche pour écrire tout ce qui me passait par la tête durant vingt-et-un jours. Ce qui est intéressant dans l’acte d’écrire tous les jours sur un vrai mur, c’est le lectorat qui est totalement aléatoire et inédit. Il me semble qu’écrire pour un espace public touche plus que d’écrire pour soi.

Voir les photographies :

ça, c’était le soir du vernissage de l’expo, j’ai écrit sur un escabeau, à 3 mètres de haut. Il y a les contraintes physiques de cette écriture sauvage qu’il a fallu affronter. Car les pensées pour écrire sont tout à fait différentes dans l’inconfort, c’est-à-dire qu’écrire sur la pointe des pieds ou allongée sur le sol aura des conséquences sur le résultat du contenu textuel.

J’ai littéralement pris le mur pour une feuille de papier.  Un peu comme un journal pas intime (il s’agit plus ici d’un journal de bord)  ouvert à tous le monde et dans un espace public : le musée.

Voici des extraits de l’histoire qui s’est tramée durant le temps de l’exposition :

vendredi 14 décembre :

Sur ce mur des nouvelles fraîches tous les jours un ton une humeur différente  une couleur teintée d’actualité. Je me demande bien qui cela peut intéresser de lire une écriture si petite si haute. (…) c’est une drôle d’ambiance aussi comme l’actualité d’en ce moment. Avec les grèves les blocages des facs des gilets jaunes qui bloquent les centres commerciaux qui cassent les radars sur la route et qui campent comme des sans-logis mais sur des rond-points à se faire un feu pour toute la nuit. Il paraît que cette classe ouvrière ces smicards et retraités ne peuvent plus joindre les 2 bouts comme on dit. Et le gouvernement qui réagit avec des promesses sans lendemains. (…) tout est possible comme cette écriture non utilitaire et pas esthétique. Une fois le premier passage d’écrire terminé c’est foutu parce que je ne peux pas repasser c’est le principe du live. Quand tu es en direct tu n’as pas de seconde chance. C’est la dure loi du marché.

Samedi 15 décembre :

juste avant d’arriver ici j’écoutais Rich Girl  de Gwen Stephani. Et en traversant le passage piéton je vois des manifestants d’origines syriennes qui font la grève de la faim dans le but de libérer Abdullah Ocalan. En gros ce type a été capturé et isolé en 1999 par la Turquie ce mec est le symbole de la paix Turque. Ces kurdes qui le soutiennent ont arrêter de s’alimenter depuis 9 jours. C’est difficile de s’arrêter de manger en période pré-estivale je trouve. Ba oui je parle avec mes habitudes d’occidentale. Ici c’est la période de pré-Noël on est abruti par les pubs de chocolats foie gras et bouffes ultra-saturés. Je crois que notre société capitaliste a dû mal avec les grèves.

Dimanche 16 décembre :

l’actualité locale de ce dimanche est pourrie comme la météo d’aujourd’hui. Lundi c’est fermé le musée.

Mardi 18 décembre :

à la radio ça parle de gouvernement des coulisses d’un débat public. « Ras-le-bol de cette suspicion générale, le sujet de l’immigration sera abordé en 3ème partie » voilà ce qu’il disent à la radio de info. Aujourd’hui il ne se passe pas grand-chose le matin. Parce que dans ce musée, dans cet espace hétérotopique il y a la place pour l’absence. C’est un héritage moderne le musée. « ce geste ultra-moderne de mise en boîte consiste à mettre en valeur » mais aujourd’hui, en 2018, après avoir pris cette habitude de 2, 3 siècles : peut-on apprendre à se déposséder ?

Mercredi 19 décembre :

aujourd’hui on est plus des numéros et on est prénoms. Aujourd’hui les affaires reprennent ça se réitère ça se renouvelle cette fraîche nouvelle. Ça n’accroche pas encore les yeux parce que c’est une écriture bien trop haute pour la lecture. C’est une écriture de proxémie. En gros il n’y a pas de héros pas d’évènements spécifiques encore moins de quête il n’y a pas d’imitation il n’y a pas d’ordre d’impératifs et je crois même qu’il n’y a pas de résistance. Il y a du contenu vide de substance, un peu comme dans les discours éloquents ces paroles et attitudes de style éventré qui cherche à impressionner. C’est l’époque du vide comme le rappe bien Disiz.

Jeudi 20 décembre :

aujourd’hui il y a une différence une nuance de plus peut-être est ce cette hauteur qui ne fonctionne pas. Parfois on peut se planter. L’échec fait partie de l’expérimentation. Le conditionnement, la préparation, les temps de gestations n’en parlons pas de l’inspiration des références  et de la respirations. Des gros blancs que l’on rencontre dans la vie.

Vendredi 21 décembre :

aujourd’hui il y a la pluie qui rend l’actualité déferlante. Pas plus actuelle qu’un autre jour.

Écrire des bonnes nouvelles ne fait pas vendre.

Sérieux pourquoi ce qui à la côte en contenu textuel c’est souvent les scénarios les plus tordus ? J’ai l’impression qu’on conditionne notre cerveau pour le programmer à assimiler de l’inexemplaire à défaut de perdre la transmission des mythes on est abasourdie par du storytelling.

 

Penser une écriture sur un blog : écrire dans un espace virtuel

En parallèle, et ce qui me semble aller avec le thème de l’écriture sauvage, c’est la publication de textes sur un blog.  Je tiens régulièrement un Tumblr. Il s’agit de rimes que je publie une à 2 fois par semaine. Cette écriture poétique me permet de mettre à plat mes observations sur mes environnements quotidiens. Peut-être est-ce un moyen de décrypter, à mon échelle, les ambiances d’ici et de cette époque.  Je considère ces écritures comme sauvages dans le sens où elle sont conçu dans des temps-morts. J’écris ces petites poésies dans des moments d’ennui ou des temps d’attentes. Voici quelques extraits récents :

mardi 19 février 2019

pluie

granits digérés

les bruits des radiateurs

de ces torpeurs

universitaire

tous ces gestes

ce vocabulaire

encore à la craie

sommes-nous des perroquets

quand l’on transmet ?

 

samedi 23 février 2019

 on s’influence

on finit par manger les même yaourts

on achète les même shampooings

on marche dans les même recoins

les même marque de café et de bières

tout ces liquides pour tenir l’hiver

peut-être à cause d’une supérette

peut-être à cause du carrefour market

qui est au pied de l’appartement

notre quotidien évidemment

 

lundi 25 février 2019

Vénézuela

des étoiles le soir

des robes de pouvoir

des aubes clandestines

et ces foules matines

des ont crèvent la dalle

sans gilets par balles

chez nous ils sont jaunes

fluos des grèves en zones

 

mercredi 6 mars 2019

la figure du peintre

romancée avec des plaintes

c’est comme se fabriquer un mur

sérieux les clichés ont la peau dure

et comparer cette lenteur

aux abolitions des moeurs

“ la peinture est une fenêtre ouverte

sur le monde ”  encore en découverte


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.