L’écho écrit n°1 // Brutalité – 7


Création


Porte

Marvin Pateux

            Du sang partout. Il jonchait le sol, mes membres et chaque endroit que j’apercevais en étaient recouverts. Mes vêtements étaient déchirés et buvaient ce liquide qui s’écoulait de mes plaies jusqu’à saturation. Il continuait de se répandre sans aucun moyen de ralentir son avancée. Mes bras étaient recouverts d’entailles profondes. Je criai. La force me manquait et l’idée de recommencer m’exténuait. Je regardais autour de moi, je ne distinguais presque rien. Des formes vagues se dessinaient dans la pénombre lorsque j’y prêtais attention, avant de s’atténuer lorsque je les dévisageais. J’essayais d’en deviner les contours, les couleurs, mais l’obscurité ainsi que ma vision troublée par je ne sais quel mal m’en empêchaient. La seule source de lumière se trouvait au fond de la pièce, derrière une surface de verre. Le cercle qu’elle produisait éclairait un meuble en bois avec de nombreux tiroirs. Certains étaient ouverts mais je ne pouvais en distinguer le contenu de là où j’étais. Sur ce meuble était posé un tourne-disque. Oui, il tournait. Il délivrait sa musique, il tenait sa pointe sur ce vinyle de carbone en le gardant sous son joug. Il le délivrerait une fois terminé, j’en étais certain. Encore faudrait-il que la fin se profile.

            Ce n’était plus qu’une question de secondes avant de sombrer. Je voulais que ce tourne-disque relâche cette pression mais rien à faire, j’étais là à contempler une scène dont je ne faisais déjà plus partie. Mes yeux et ma souffrance étaient les seuls témoins de ce qui était en train de se dérouler. Mes paupières commençaient à se fermer, seules, lentement. Mes efforts pour les garder ouvertes allaient bientôt s’estomper. Ma vision se troublait davantage et n’était plus qu’un résidu de lumière entouré par une tâche noire. Tout tanguait et me retournait sur cette chaise. Un trait violet se profila et inséra dans mon œil sa lame et, tel un signal, mes muscles se mirent à trembler selon une fréquence qui leur était propre. Mes paupières se mirent à frémir, essayant de chasser ce qui les perturbaient tant. Je ne percevais que des bribes du moment. Le rayon se retira et me fit lâcher une plainte douloureuse. Mon cri se lança dans des tempêtes de souvenirs que je ne saurai distinguer de tous les sang qui l’abreuvent. Le fleuve de plaintes se profila en un mur que personne n’aurait pu escalader, telle une révolution de maux enfouis. Ils se ressemblent et se rassemblent pour ne former qu’unité dans le désordre. Mes paupières s’arrachèrent de mes yeux au même instant que mon cri de lamentation s’évadait de mes lèvres. Les conditions ont changé. Je me vois partir et rester. Ou rester et partir. Je ne trouve pas l’ordre. Mais ce qui se trouve devant mes yeux n’en a rien à faire de cet ordre. Il est là et s’impose à moi. Cette pièce est ici et me présente ses plus beaux penchants. L’air y est pur, mes poumons s’embrasent. Ma gorge n’en est que plus ravie de pouvoir délivrer un nectar aussi délicat à ces deux contenants. Je distingue alors une fumée se propager dans cette atmosphère céleste. Elle s’approche de moi et me regarde. Je ne perçois pas ses yeux, sûrement parce qu’elle n’en a pas, mais je perçois sensiblement son regard se poser sur ma bouche. Alors, s’approchant encore, je cherche à reculer. Dans un dernier effort, je prends appui sur le sol avec mes deux pieds et exerce une pression pour décoller cette chaise. Le nuage évolue dans l’air, cherchant peut-être à adopter une forme qui lui est propre. La chaise est fixée au sol, impossible de la mouvoir. Il vint alors se coller contre mes lèvres et disparut aussitôt.

– « Bien dormi ? », fit une voix féminine venant de l’autre bout de la pièce.

Je l’entendis distinctement, comme si ses mots avaient été soufflées à mon oreille. Elle n’était pas là deux minutes auparavant. Elle m’aurait sûrement aidée si elle m’avait vu dans cette situation. Oh non, elle n’aurait pas bougé, peu importe ce qui aurait pu m’arriver. Les cordes se répandaient sur son visage en tombant lentement. Elle s’en accommodait comme on s’accommode d’un animal domestique un peu trop encombrant. Un petit garçon se tenait à ses côtés. Son visage était gracieux et subtile. Ses lèvres formaient une bulle, prête à éclater :

– « Maman, tu le veux mort notre enfant ? »

Jouer. Comme si de toute son enfance minable, il n’en avait pas assez profité. Mais il est trop jeune pour déjà le vouloir et même le savoir. Je ne suis pas un enfant, encore moins celui de quelqu’un. Je veux voir se dessiner son visage au-dessus du mien lorsqu’il m’arrachera les dents. Les lèvres du garçon éclatèrent. Le tourne-disque s’arrêta en même temps que mon flot de paroles :

  • Très concluant comme séance, merci à vous.
  • Vous pensez que c’est grâce à vos questions stériles d’aujourd’hui que j’arriverai à l’empêcher de me nuire ?
  • Ce n’était que la première séance, c’est normal que vous ayez encore des a priori sur ce qui se passe.

            J’ai vécu une séance en bonne et due forme pour atteindre un idéal de faux-semblants. On doit laisser le filtre partout, il s’ajuste naturellement aux situations et ne disparaît jamais complètement. Et plus on pense à lui, plus il devient opaque.

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.