L’écho écrit n°1 // Brutalité – 6


Création


Les Âmes offensées

Lysianne Kerdraon

Quelle belle gueule de caricature n’as-tu pas,

Traits dessinés aliénés, langue pendante, ombre de fœtus recourbé,

Regarde ta peinture, ta triste peinture,

Primitive comme une bête rampante, primitive !

 

Te voilà dévoré par ton reflet, dévoré à chaque passage devant le miroir

Et je te regarde, pas un seul instant où je ne te regarde pas !

Ton âme possédée par son reflet, ton âme mangée par son reflet,

Ton âme, encore elle ! dansant le macabre, sentant le macabre, rôdant autour du macabre

Et hantée de solitude car qui voudrait vivre auprès d’un être puant le spectre ?

Tu es fait aux couleurs shakespeariennes des vivants déjà morts,

Cela sonne fort joliment à l’oreille, mais qui veut une fois la nuit s’endormir à tes côtés ?

On sait trop combien est forte la puissance de tes cauchemars !

 

Âmes obsédées, corps possédés, gueules grimaçantes d’une laideur faite pour la postérité,

Parfaits pour être crayonnés de la main même de Caravage

Mais lui n’a daigné peindre que des âmes religieuses,

Et la tienne est bien incapable de se mouvoir vers le divin,

Escroquerie stérile, elle est et elle reste, inlassablement,

Si appauvrie qu’elle n’offense plus qu’elle-même…

Et l’offense, ton âme la connaît bien !

 

Alors, bête absurde, trop laide même pour être peinte par le vulgaire italien meurtrier,

Par quels soins t’es-tu laissée modeler ainsi, matière sans illumination ?

Par ceux de ton père, ceux de ta mère ?

Ou peut-être par ceux de quelque mauvais camarade ?

Moi je dirais que c’est par eux tous à la fois

Car c’est par l’univers entier qu’il faut avoir été blessé pour oser prendre le titre d’offensé solitaire,

Puisque c’est là le nom de noblesse dont tu te pares…

Quel orgueil te fait donc croire être l’âme suprême de ces offensés ?

Et toi qui n’admets aucun titre en ce monde, hypocrite, tu acceptes pourtant d’être honoré de celui-ci !

 

Peut-être crois-tu qu’est vainqueur de l’Histoire celui qui possède le nom ?

Mais dans les âges de ce monde toi aussi tu seras dépossédé de toute mémoire

Car toujours veille, même dans l’ombre des plus beaux tombaux, la damnatio memoriae !

Les forces hostiles et annihilantes, grouillant au fond de la vieille angoisse humaine,

Les prêtres obscurs martelant inlassablement le nom et l’image du roi et de la reine,

Jusqu’à ce qu’ils soient expulsés pour de bon de l’éternité…

 

Alors regarde, encore une fois avant qu’il ne disparaisse,

Ton vieux dessin d’âme offensé et affamé !

Et rend le caravagien miraculeux, si tu le peux encore !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.