L’écho écrit n°1 // Hors-normes – 6


On recommande…


Nous autres d’Oliver Rohe

« Un homme parfait est un peuple en petit » : c’est par cette citation du poète allemand Novalis qu’Oliver Rohe ouvre son court roman Nous autres, donnant le ton d’un récit où s’entendent de multiples voix. Cet « homme parfait » ne pouvait être personne d’autre que le grand David Bowie, chanteur protéiforme célébré pour ses métamorphoses et la richesse de son univers, dépassant largement le simple cadre de la musique populaire de son époque qu’il s’ingénia d’ailleurs à bousculer, comme se plaît à le rappeler Oliver Rohe. Ou bien s’agit-il de Ziggy Stardust, non moins célèbre et non moins adulé, jouant de la guitare comme personne et venu sauver le monde en costume rayé à épaulettes dorées ? Ne serait-ce pas plutôt Aladdin Sane, un type un peu fou aux sourcils rasés et arborant crânement un éclair rouge et bleu sur le visage ? Ou bien encore Halloween Jack, pirate punk aux accents burlesques tout droit sorti d’un récit d’anticipation à la Orwell ? Tout ce peuple qui fourmille sous le crâne du chanteur britannique est le protagoniste de Nous autres, envahissant l’écriture d’Oliver Rohe dans une cacophonie croissant à mesure que la menace plane. Car qui l’aurait oublié ? Avant que Monsieur Bowie ne meure en 2016, laissant la planète pop orpheline pour toujours, une autre tragédie s’était déroulée quelques quarante-trois ans plus tôt : sur la scène de l’Hammersmith Odeon Theatre, Bowie assassinait Stardust sous les yeux médusés de la foule.

Comment peut-on lutter, quand on est un personnage de fiction, contre la mort programmée par son propre créateur ? Mieux : comment peut-on rétablir la vérité et réclamer son dû face à un créateur n’hésitant jamais à s’approprier les succès de ses créatures ? Suivant l’adage selon lequel l’union fait la force, Ziggy, Aladdin et Halloween s’unissent pour contrer l’emprise de David, exhumant les traces de ses échanges épistolaires avec Mick (Jagger) ou Angie (Bowie), de son journal intime, Mirabelle, ou de ses récits de rêves pour révéler la supercherie. « Je pense qu’il est très difficile de devenir quelqu’un d’autre », aurait dit David Bowie : comment alors un artiste de génie, excellant à la transfiguration de soi, peut-il résister au désir d’émancipation de ses incarnations ? Comment être un sujet, et comment faire entendre sa voix, quand on est un « homme parfait » – c’est-à-dire tout un peuple à soi seul ? Autant de questions que pose Oliver Rohe dans Nous autres, exploitant jusqu’à ses limites la malléabilité de l’écriture narrative, troublant les identités et les points de vue, jonglant avec les masques et avec les références – et prouvant que la littérature est cet espace privilégié pour accueillir les « voix multiples » et souvent contradictoires qui fondent l’identité.

Oliver Rohe, Nous autres, Editions Naïve, collections « sessions », Paris, 2005

Gaëlle Debeaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.