L’écho écrit n°1 // Hors-normes – 3


Entretien avec Noa


Le Boudoir

Bonjour Noa, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis actuellement Président du Boudoir, avec deux autres personnes, Thomas et Gwen. Je suis en L1 Humanités mais je me forme également à la cuisine, à distance. J’aime bien faire des choses qui partent dans tous les sens !

Que représente pour toi la littérature sauvage ?

Je dirais, une littérature qui sort de son lit, qui ne se cloue pas à elle-même ni à ce qu’elle a été. Je pense que c’est une autre réalité et une autre façon de lire ou d’écrire, ou bien de partager ses pensées d’une quelconque manière.

Qu’est-ce que le Boudoir ?

Le Boudoir est avant tout le BDE (Bureau des Étudiants) des filières Lettres et Humanités. Mais pas que ! C’est également une association culturelle. Nous sommes actifs sur le campus, notamment avec notre soutien et partenariat avec le festival K-Barré, qui s’est déroulé la semaine du 25 mars, où j’ai moi-même participé à un impromptu. Nous avons été ravis de pouvoir mettre un pied dans cet événement, car c’est ça, Le Boudoir, sur le campus, nous regardons au-delà de nos filières.

Peux-tu nous éclairer sur ses missions ?

Nous avons des missions qui se résument au campus, mais également à l’extérieur, comme des sorties culturelles, à l’Opéra par exemple, où nous bénéficions de tarifs avantageux. Nous organisons aussi des soirées. Là aussi, nous voyons plus loin que nos filières, et nous travaillons sur nos soirées avec d’autre BDE, notamment pour la soirée de Noël, nous l’avons organisée avec les Ardus et les Socio. Enfin, nous avons des pulls de filière, qui sont en partie créés par les étudiants.

Avez-vous, au sein de l’association, des envies ou des projets que vous aimeriez réaliser ?

Oui, bien sûr, comme toutes les associations, nous avons des grands rêves, mais ce n’est pas si simple finalement de pouvoir  les faire sortir de nos têtes pour les concrétiser. Nous avions parlé au début de notre engagement dans l’association, de créer un festival de critique littéraire, mais qui s’ouvrirait aux autres disciplines comme le cinéma, la musique, les arts plastiques… Ce qui nous ferait travailler avec tous les BDE concernés par la critique. C’est cet esprit d’équipe que l’on prône. Nous sommes tous sur le même campus, alors pourquoi ne pas travailler ensemble ? Nous avons également pensé à relancer l’Effeuillée, suite à l’envie d’un étudiant de donner un coup de neuf à cette revue mythique.

Le Boudoir : bien plus qu’un simple Bureau des Étudiants ?

Bien sûr, nous sommes une association, mais mieux que cela, nous possédons une bibliothèque participative, où pas mal de bonnes et belles choses attendent d’être lues. On peut emprunter un livre. Là est l’esprit du bureau : le partage. Simplement !

Bureaux des masterant.e.s de L’Echo Ecrit

Dans quelle mesure la littérature sauvage s’inscrit-elle dans les activités du Boudoir ?

Dans notre façon de voir. Nous voudrions faire les choses de manière différente, plus folle, moins « carrée » et moins captive des rouages de l’administration. Nous l’inscrivons en soutenant le projet de cette première revue, L’Écho Écrit, nous voudrions qu’une part de nous, le  Boudoir, soit dans cette revue. Nous sommes fiers de pouvoir porter le projet avec vous !

Comment pouvons-nous y adhérer ?

C’est gratuit ! Ou presque. Nous ne faisons pas payer nos adhérents, mais en contrepartie, nous demandons un livre de leur bibliothèque personnelle, qui va venir alimenter la nôtre. Voilà comment fonctionne notre bibliothèque. Tout ce que nous avons à l’intérieur, ce sont des livres d’adhérents, des dons de maisons d’éditions ou de petites librairies. Nous vous invitons donc, vous lecteur, à venir nous voir pour partager un repas, une lecture, ou une discussion autour d’un café ou d’un thé !

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.