L’écho écrit n°1 // Hors-normes – 1


Création


Note : Penser à acheter l’huile en promo -25%

 Thomas Bloyet

Note : Penser à acheter l’huile en promo -25%

_______________________________________________

Tout à l’heure, il y avait une petite annonce sur Facebook. Une plaque métallique Coca Cola des années 50. Pas chère. Je me demande qui achèterait ça.

Note : Plaque métallique Coca Cola chez *******. Fin offre le 25/ 04 faire virement

_______________________________________________

Tout à l’heure, en vrai, il y avait un appel à texte pour une revue, nouvelle. Son nom ne me revient plus. Quelque chose d’intéressant. Ils ont besoin de gens sans doute. De textes encore plus. Je pourrais leur envoyer quelque chose, peut-être ? J’ai un fond de céréales Fitness, ça pourrait leur faire plaisir. Je leur offrirais bien de l’huile, mais j’en ai plus.

Note : Regarder date péremption paquet Fitness sous le lit

_______________________________________________

Le sujet est la Littérature sauvage. Pas répertorié dans le dictionnaire. Sans doute que ça doit pas encore exister. Peut-être faut-il qu’on l’invente justement ? Quelque chose qui existerait parce qu’on mise sur son invention prochaine : contrairement au thème, ça aurait pu être un bon sujet.

Note : Peut-être supprimer la dernière phrase, ça pourrait vexer.

Note 2 : Si ça les vexe, envoyer un autre paquet de Fitness pour s’excuser ( ndlr : si j’ai pas encore racheté les bouteilles d’huile, dans ce cas-là, envoyer un fond d’huile )

_______________________________________________

La même chose, toujours. La rocade bloque quand arrive 17 heures, 18 heures. 19 heures. Parfois même elle ne s’ouvre plus. Généralement quand elle est fermée, chose remarquable. Cause de travaux, maintien voirie.  Et on a beau attendre devant, rien ne se passe. Il ne reste qu’à regarder le paysage, ou ce qu’il en reste. En ce moment, j’aimerais que ça m’arrive. Un type sur Youtube avait fait l’expérience de l’ennui, et pointait ses bienfaits pour sa créativité. On ne saurait plus s’ennuyer, et nos neurones, nos sens, toujours sollicités, ne se reposeraient jamais. Saturés d’informations, nous aurions cette idée fausse que l’ennui est du temps perdu, surtout du temps que nous pourrions employer à autre chose, et surtout pas pour se reposer, réellement. Il serait mal de s’ennuyer. Il faudrait que nous nous perdions plus souvent dans des bouchons, sur des routes bloquées, pour reposer nos têtes, pour se reconnecter avec notre être profond, obtenir une nouvelle paix intérieure. Le corps et l’esprit pour ne plus faire qu’un. Enfin se sentir apaisé.

Note conseil : Surtout se masturber. Mais éviter de le faire dans une voiture, surtout dans des bouchons

_______________________________________________

Comment peut-on écrire sur une chose que l’on ne connaît pas ? Il faudrait que je pense un peu politique. Penser comme les personnes qui dirigent le pays depuis toujours.

Idée : 1) dire des généralités :

2) S’adresser à tout le monde, mais sans faire l’impasse sur l’égo de chacun

3) dénigrer, quelque chose, ou quelqu’un, sans pour autant déroger à la deuxième idée

4 ) Penser à ce que disait Coluche : « Un bon discours politique se compose de deux choses : un bon début, une bonne fin. Si possible, que les deux soient le plus proche possibles »

5 ) Rappel ne pas oublier la promo sur l’huile d’olive virement

_______________________________________________

J’ai pensé l’autre jour à écrire une bonne histoire. C’est ce qui se vend le plus pour une nouvelle. Enfin dans l’hypothèse qu’une nouvelle se vende. Je parle de littérature (dans l’hypothèse que la littérature se vende). Une bonne nouvelle se vend alors, au moins un peu. Fitzgerald ou Hemingway c’est bien comme ça qu’ils faisaient. Et aujourd’hui c’est toujours publié. Republié. Aujourd’hui les nouvelles qui se vendent sont toujours mauvaises, les bonnes ne se colportent plus. Ça déprime trop. Enfin celle des journaux je parle. Des bonnes nouvelles. Qui dépriment trop.

_______________________________________________

Je m’y suis pris trop tard pour écrire. Il ne me reste que quinze jours pour noircir quatre ou cinq pages. Ça me ferait un ratio de

Note : 15 / 4 = 3.75 ………… 15 / 5 = 3

3.75 + 3 = 6.75

15 / 6.75 = 2.2222222..

Ça me ferait un ratio d’environ 2.22222 .. pages par jours. Je ne suis pas un stakhanoviste de l’écriture moi. Mais après je n’ai rien contre les start up du verbe, sans viser personne.

Note : C’est quoi la différence déjà entre Guillaume Musso et Marc Levy ? L’éditeur, je crois

_______________________________________________

C’est bien qu’une revue soit lancée par des étudiants. Ça prouve d’une certaine manière que contrairement à ce qu’ils disent, ils n’ont pas grand-chose à faire.

Note : olalala terrain très glissant c’est un coup à te fâcher avec des gens que tu ne connais pas

Ah oui c’est vrai tu les connais pas, enfin j’espère

C’est bien qu’une revue soit faite. Au-delà de la production elle-même à venir, c’est une marque d’un véritable esprit d’initiative qui peut faire défaut à une certaine frange de la communauté estudiantine, et quand je parle d’une certaine frange, je parle bien sûr des timides. Des introvertis à la limite, n’excluons personne.

_______________________________________________

Il est tard, presque 11 heures. Je ne faisais rien, puis voilà qu’une idée m’est venue, enfin. Je regardais le ciel bleu azur ( mon plafond, plus un dégât des eaux ) quand ça m’est venu. Je me suis saisi d’une feuille, et j’ai gratté pendant une ou deux minutes ce qui me venait. Une valve avait dû s’ouvrir (ou rompre) dans mon cerveau (non pas rompre c’est un anévrisme ce serait embêtant). Sans doute n’aurais-je rien obtenu de plus en m’y concentrant tout le jour. Toutes les cartes étaient en main, l’idée, la structure, le fil conducteur de l’histoire. L’essentiel est là, en somme. Il ne manquerait plus qu’une chute.

La Chute

(La mienne celle pas celle de Camus)

C’est peut-être la chose la plus difficile à réaliser. Celle qui nécessite le plus de précision, de justesse. C’est cette dernière qui va rester le sommet pour le lecteur, et son biais pour le souvenir de sa lecture. Je pense qu’une bonne chute, on ne s’en relève jamais. (facile facile)

Plus encore, je crois que la chute doit contenir en elle tout le projet de l’auteur. L’essentiel. Enfin ce qu’il veut dire. Faire lire au lecteur. Pour certains auteurs, elle est un procédé, une dernière page, ligne, un point final qui clôt un manuscrit, pour d’autres est un nœud qui tend un fil, une ligne droite. Son pilier. Sa garde. L’aboutissement plus qu’un point final. Et les bases d’une autre. Œuvre.

C’est pour ça qu’il faut que j’en trouve une.

_______________________________________________

Finalement, je suis allé au supermarché. Pourtant je n’aime pas ça, comme 98 % des gens qui y vont quand même. Il n’y avait plus d’huile, plus à -25%. J’en ai profité pour faire un tour dans les rayons. On ne sait jamais. C’est frustrant d’aller dans un endroit qu’on n’aime pas pour consommer, pour finalement ne pas trouver ce qu’on désirait. C’est comme si on vous proposait de la bouffe anglaise (je dis bouffe à défaut de trouver un terme plus péjoratif), que vous teniez tête à votre interlocuteur, pour finalement abdiquer et ingurgiter la dite bouffe, et que dix secondes après votre échec, la personne qui vous forçait partait précipitamment. Une tragédie. Je n’y ai rien trouvé, rien d’autre que des choses qui n’intéressent personne, soldés jusqu’à l’os du bénéfice net. Pour ne pas partir les mains vides (et donc éviter le regard magnétique des vigiles), j’ai pris un crayon et du papier. Ils n’étaient même pas en promotion. De la marque en plus. Je passais à la caisse, étalant ma condition sociale et mon capital intellectuel aux dames qui me serraient de part en part avec leurs caddies.

En sortant, il pleuvait, je n’avais rien prévu dans l’optique de cette éventualité, si soudaine. Je cachais mes fournitures dans mon col, pour ne pas les abîmer, avant de sortir, pour sortir sous le préau. Je m’arrêtais alors, et je repensais comment j’étais, puis à la chute à écrire, et je me disais que finalement, dans l’état actuel des choses, ça n’était pas si mal de terminer ainsi.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.