L’écho écrit n°1 // Exploration – 3


Extrait


Montaigne, Essais

Or je trouve, pour revenir à mon propos, qu’il n’y a rien de barbare et de sauvage dans cette nation, à ce qu’on m’en a rapporté, sinon que chacun appelle « barbarie » ce qui n’est pas de son usage ; de même que, vraiment, nous n’avons, semble-t-il, pas d’autre modèle de vérité et de raison à l’esprit que l’exemple et l’idée des opinions et des usages du pays où nous sommes. C’est toujours là qu’est la parfaite religion, le parfait système politique, l’usage parfait et définitif de toute chose. Ils sont sauvages, comme nous appelons « sauvages » les fruits de la nature, d’elle-même et dans sa marche ordinaire, a produits : alors qu’à la vérité, ce sont ceux que nous avons altérés par notre artifice et détournés de l’ordre commun, que nous devrions plutôt appeler « sauvages ». C’est dans les premiers que, vives et vigoureuses, se trouvent les vraies, les plus utiles et naturelles vertus et propriétés, celles que nous avons dégradées dans les seconds, et seulement accommodées aux exigences de notre goût corrompu. Et pourtant, il arrive que la saveur même et la délicatesse de divers fruits de ces contrées-là où ils poussent sans être cultivés soient excellentes à notre goût, comparées aux nôtres. Il n’est pas raisonnable que l’art prenne le pas sur notre grande et puissante mère Nature. Nous avons tant surchargé la beauté et la richesse de ses ouvrages par nos inventions que nous l’avons complètement étouffée. Néanmoins, partout où sa pureté resplendit, elle fait une honte fabuleuse à nos vaines et frivoles entreprises.

« Le lierre pousse mieux livré à lui-même, l’arbousier croît plus beau dans les antres solitaires, et les oiseaux, sans art, ont un chant plus doux » (Properce, Elégies, I, 2).

Tous nos efforts ne peuvent arriver ne serait-ce qu’à reproduire le nid du moindre oiselet, sa contexture, sa beauté et la commodité de son usage, ni même la toile de la chétive araignée.

Montaigne, Essais (extraits), édition bilingue, translation de Bruno Roger-vasselin,
Paris, Hachette, « Classique Hachette », 2011, p. 135.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.