L’écho écrit n°1 // Exploration – 1


Création


Illustration d’Elie Desfontaines

Note d’intention

Il semble que l’être humain soit d’une nature complexe et paradoxale, et qu’ainsi, le génie artistique se vêtit bien des fois d’une moralité des plus douteuses, qui plus est si on l’analyse dans notre contexte contemporain. Gauguin pédophile ? C’est un fait, âgé d’une quarantaine d’année, il choisit une fille de treize ans comme épouse. Gauguin raciste ? Oui, la thèse racialiste ne sera démontée par Lévi-Strauss qu’un demi-siècle après la mort de l’artiste. Gauguin anticolonialiste et fervent partisan d’un retour à une vie simple, d’une sobriété heureuse bien avant Rahbi ?  Je le crois véritablement, et cet avant-gardisme l’honore tout autant que ses torts l’avilissent.

Lecture. Paul Gauguin. Noa Noa. 1901. Fin d’un paragraphe. « Vieilles routines d’Europe, timidités d’expression de races dégénérées !… » Électrochoc ! « race », « dégénéré » ces mots me font mal. Comment est-il possible que des mots me fassent mal ? Des mots, ce sont des mots, et rien de plus après tout, non ? Non, les mots sont bien plus. Les mots, les signifiants, rapportent aux signifiés, et ces derniers portent sur leurs épaules le poids de l’Histoire, supportent le fardeau de l’atrocité la plus formelle de l’être humain. Cet électrochoc, c’est la commotion du souvenir, le plus grave serait de les lire, impassible. Nouveau paragraphe. « Ce  fut,  entre  ces  sauvages  et  moi,  le  commencement  de  l’ apprivoisement réciproque. » Nouvel électrochoc. « Sauvage » ce mot aussi me fait mal. Il me gêne, m’embarrasse. L’antonyme de « civilisé » dans nos dictionnaires. Gauguin l’alchimiste je ne sais pas mais Gauguin l’ethnocentriste, jusqu’à présent, c’est certain ! Je repars au combat. «  Sauvages !  Ce mot me venait inévitablement sur les lèvres quand je considérais ces êtres noirs aux dents de cannibales. » J’ajoute « raciste » au qualificatif de Gauguin. Mais lui-même semble questionner l’usage de ce mot. « Sauvage », c’est quoi ? Je baisse ma garde. « Déjà  pourtant  je  commençais  à  comprendre  leur  grâce  réelle. […] Comme   eux   pour   moi, j’étais   pour   eux   un   objet   d’observation,  l’ inconnu,  celui  qui  ne  sait  ni  la  langue  ni  les  usages, ni  même l’ industrie  la  plus  initiale,  la  plus  naturelle  de  la vie.  Comme eux pour moi, j’étais pour eux le « Sauvage ». Et c’est moi qui avais tort, peut-être. » Apaisement. Pas d’électrochoc. Pourtant je n’ai pas oublié le poids des mots. « Sauvage » est toujours et sera toujours un mot à manipuler avec précaution, avec toute la pesanteur qui lui incombe, mais la preuve en est qu’il peut être manié avec agilité. Manié, remanié, retourné : c’est Gauguin le sauvage, qualificatif qu’il endossera avec fierté : « Je suis un sauvage ». Son œuvre est une déclaration d’amour à l’essence de l’être, à la condition humaine à son état naturel. Une opposition farouche à la civilisation occidentale auto-proclamée « évoluée ».  

N’oublions pas de remettre les artistes et leur réflexion dans leur contexte historique, tout comme nous ne devons pas oublier leur torts, souvent intemporels.

Elie Desfontaines

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.