L’écho écrit n°1 // Nature – 2


On recommande…


Dans la forêt (Into the Forest) de Jean Hegland

 

            Lorsque le courant cesse brutalement de fonctionner, l’humanité disjoncte. Dès lors, l’obscurité et le flou envahissent nos représentations du monde : la sauvagerie germe là où on ne l’attend pas. Où trouver la sécurité ? Dans les villes où chaque homme renoue chaque jour davantage avec son animalité primitive ? Ou dans la forêt, où foisonne l’inconnu ?

            Alors que tout ce qui entretenait jusqu’alors la sociabilité semble disparaître, alors qu’elles se retrouvent en autarcie, les sœurs Nell et Eva doivent œuvrer pour créer de nouveaux liens, se battre pour s’approprier ce monde aliéné.  Il faut tout réinventer, tout repenser. Si le monde semble  suspendu, l’inertie devient synonyme de mort. Chaque geste, chaque pas est une appréhension craintive et nécessaire de cet environnement. Leur instinct est désormais la seule boussole entre leurs mains. Le roman est émaillé de ces oscillations de la lumière qui filtre entre les arbres : dans la noirceur tragique qui entoure les jeunes filles s’immiscent des rais de grâce d’une légèreté bouleversante. Les lignes de Jean Hegland sont vibrantes du rythme de la nature et du lyrisme de sa beauté, et rendent hommage à tous ces liens fraternels qui peuplent nos existences.

            Paru en 1996, l’ouvrage a été qualifié de bien des noms : « roman d’anticipation », « roman post-apocalyptique »,  « récit initiatique », « fable écologique ». En 2019, il est certain en tout cas qu’il s’agit d’un roman de circonstance.

Jeanne Miscopein

Photographie d’Aldric Moriceau

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.