L’écho écrit n°1 // Imaginaire – 3


On recommande…


Sous l’ombre des étoiles de Thomas Geha

 

L’hommage était beau, l’hommage était mérité. Télérama, dans un papier qui date de fin mars, a eu le bon goût de réaliser un focus sur une maison d’édition qui, du haut de ses quinze bougies, se révèle totalement à contre-courant. Ne pas se préoccuper des considérations financières outre mesure, explorer un maximum les horizons toujours plus sauvages de la littérature et ne rien attendre en retour méritait un tel hommage.

Dans cette continuité, je joins ma voix en vous conseillant un livre publié par les éditions Rivière Blanche. Paru en décembre 2013, Sous l’ombre des étoiles représente typiquement le genre de pépite qui peut sortir de cette petite maison d’édition. Et l’auteur est rennais ! Le roman, bien que court – presque à nous en damner tant on en redemande – nous transporte avec brio sous les auspices d’étoiles qui nous sont bel et bien inconnues.

Dans l’univers de Thomas Geha, les Humains font la guerre aux Salamandres. Le héros de l’histoire, Kee Carson, s’échoue sur une planète insignifiante après une ultime bataille spatiale. Il demeurera deux siècles en hibernation. À son réveil, Humains et Salamandres cohabitent pour mieux faire face à une menace commune : les indigènes de ce monde.

Vous l’imaginez, le choc est rude pour Kee Carson. De sa plume délicate, Thomas Geha nous raconte le récit d’une réconciliation. Et même de plusieurs ! Celle entre les races, et celle, plus personnelle, de Kee Carson avec son prochain. Pas de naïveté derrière cela, l’auteur a la subtilité d’aborder cette thématique par le bien des intérêts réciproques et de la politique, car Kee Carson va devenir un enjeu pour les différentes factions qui se font face.

Derrière cette histoire tout en nuance, Thomas Geha nous décrit une planète comme peu d’écrivains sont capables de le faire, d’autant plus en si peu de mots. Leur économie n’a d’équivalent que la finesse qu’ils expriment, ainsi que l’exactitude du décor, la poésie des choses de la vie, la nature, les gens, les sentiments. Le lecteur découvre la vision d’un auteur et la douceur de sa plume, celle d’un écrivain au talent indéniable.

On retient de Sous l’ombre des étoiles un récit de science-fiction plein d’une saveur comme on en trouve rarement, où la faune et la flore nous captivent autant qu’humains et autres humanoïdes, où l’intrigue nous tient aussi chaud que le feu au côté duquel on lit, foisonnante qu’elle est de ces personnages attachants et de cet univers riche de sa poésie plutôt que d’un spectaculaire au final plus souvent quelconque qu’autre chose.

Lire Sous l’ombre des étoiles, c’est rendre hommage à des explorateurs de la littérature, éditeurs comme auteur, mais aussi lecteurs. Oui, vous aussi serez des explorateurs après cette belle lecture qui mêle doutes et espoirs, beauté et laideur, haine et réconciliation. L’alchimie d’un très bon roman est là, tout comme la réussite d’un éditeur qu’on souhaite voir encore quinze ans durant.

Thomas Geha, Sous l’ombre des étoiles, éd. Rivière blanche, 2013

Étienne Vincent

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.