L’écho écrit n°1 // Imaginaire – 2


Entretien avec Zelda


Le Laboratoire des Imaginaires


Portrait de Zelda par Solen

 

Coucou ! Alors, est-ce que tu peux me parler un peu de l’histoire de l’association ?

Coucou ! Eh bien c’était en 2017, après le Master Electra qui existait avant votre master de Littérature Générale et Comparée. On s’est retrouvés par hasard dans un bar avec Corentin et Marie lors des Transmusicales. On était alors tous sur des projets différents, et Corentin est venu nous voir en disant qu’il avait un projet d’asso’ universitaire. Comme on était tous les trois dans le domaine des littératures de l’Imaginaire quand on était en recherche, et qu’on avait eu un gros sentiment de solitude envers les institutions parce qu’en dehors de Charline Pluvinet, il n’y avait personne pour nous soutenir dans nos recherches, Corentin s’est dit « tiens et si on faisait une asso’ pour soutenir et promouvoir les littératures de l’Imaginaire. Et…on a trouvé que c’était une super idée (rires). On a mis un an à tout mettre en place et maintenant on va dire que c’est bon !

 

Et cette asso’… quels sont ses objectifs ?

Promouvoir, soutenir, accueillir les masterants et doctorants qui travaillent sur les littératures de l’Imaginaire. Mais ça c’est sur le papier parce qu’en pratique, tout ce qui rejoint la popculture et qui peut être dévalorisé par les institutions … on accueille ! Le jeu-vidéo, la série, la BD, le cinéma… Toutes les formes d’expression qui mettent en scène de l’Imaginaire, c’est pour nous.

 

Mais qui sont donc les Laborantins ?

Eh bien il y a de tout ! Des masterants comme toi qui font un travail sur l’Imaginaire, des doctorants, comme moi et Maxime, mais lui en psychopathologie… et d’autres gens, qui viennent d’un peu partout ! Marie, enseignante, qui a arrêté les études mais qui est toujours passionnée par ça, Corentin qui gravite dans le monde de l’édition, Solenn, plutôt dans le dessin, le graphisme, Fanny, dans le podcast… En fait, l’intérêt, c’est qu’on a tous des profils très différents les uns des autres, pour avoir le maximum d’ouverture et de richesse !

 

Et qu’avez-vous avez déjà accompli comme projets ? Parce que vous avez participé à des événements qui ne visaient pas forcément à mettre en valeur les travaux des étudiants…

Alors oui et non ! Parce qu’on vise aussi à fournir aux étudiants un espace de pratique de la recherche, comme on a pu le faire pour la table-ronde « Genre et transidentité dans les littératures de l’Imaginaire », en collaboration avec le Tambour. Si pour l’instant on ne fait pas de la pure valorisation des travaux, on fait quand même de la valorisation d’expérience. Mis à part ça, on a le projet de la revue pour l’année prochaine, et d’un colloque avec des invités prestigieux… s’ils viennent ! (rires)

 

Donc le Laboratoire devient un peu un espace d’expression à la fois pour ces étudiants, et pour leurs sujets de manière générale, puisque le fait que le Laboratoire existe, ça incite davantage les institutions qui sont autour à les solliciter et donc à créer des choses autour de ça…

Ouais et puis c’est surtout de la visibilité et de la crédibilisation. L’intérêt est qu’on montre à voir que la litté’ de l’Imaginaire c’est pas de la paralittérature, que ce mot-là on le rejette parce qu’il n’a de sens qu’au travers de la littérature dire générale. Nous, ça nous plaît pas. On n’a pas l’impression de répondre à une hiérarchie, et l’idée c’est de donner à voir qu’il y a plein de choses à faire, qu’il s’agit de vrais domaines de recherche, et que oui, si jamais il y a besoin de faire quelque chose sur le campus on est là, et on est là avec d’autres associations comme Saute-Requin ou Studio Dilettante. L’intérêt c’est aussi de favoriser une discussion transdisciplinaire. C’est très à la mode la transdisciplinarité, mais s’il y a un lieu dans lequel ça fonctionne, c’est bien en littérature de l’Imaginaire.

 

Et qu’en est-il des projets à venir ?

Alors il y a ce fameux documentaire sur le corps en Science-Fiction, réalisé en partenariat avec le festival des Utopiales à Nantes, actuellement en post-prod’ et qui sera diffusé lors du prochain Mois de l’Imaginaire [octobre (ndlr)], une participation à une table-ronde lors de celui-ci, et une revue publiée autour du colloque que l’on prévoit d’organiser.

 

Alors cet entretien, on le fait dans le cadre de la revue l’Écho Écrit, qui a pour thème la littérature sauvage. Et si je te dis « sauvage » et « imaginaire », tu réponds… ?

Hmm… ça me fait penser à plein de trucs ! Ça me fait penser aux extraterrestres, à cette pensée colonialiste qui va avec le space opera [sous-genre de science-fiction à base de vaisseaux spatiaux et de combats intergalactiques (ndlr)] à base de « on va civiliser les sauvages qui sont les extraterrestres et on s’étonne qu’ils viennent nous casser la gueule après »…

Mais aussi au côté sauvage de cette pratique de la littérature de l’Imaginaire, qui est sauvage dans le sens où elle était vraiment hors institution, donc quelque part hors de ce domaine prétendument civilisé, que nous avons dû pendant longtemps au monde de l’université. Donc oui, on était des sauvageons parce que c’était une littérature qui n’était pas reconnue comme étant de la vraie littérature, que c’était une pratique de commentaire de cette littérature, qui était simplement reconnue comme une passion d’amateurs, de jeunes boutonneux qui ont fini par grandir mais qui ont gardé leurs lunettes mais pas leurs boutons. Je crois que dans un rapport un peu plus métaphorique, c’est un terme qui aurait convenu à ce milieu-là il y a quelques années. On essaie de sortir de cette dichotomie absurde du « bon sauvage » et du « monde civilisé », pour montrer qu’en fait, elle n’existe pas cette distinction-là, et qu’on n’est pas plus sauvages que les autres…

 

Puis dans l’imaginaire populaire, y’a cette image du geek un peu ermite et reclus dans sa grotte, qui ne parle pas aux autres, qui ne sait pas parler aux autres !

 

C’est ça ! Le mec il parle Klingon quoi !

Mais oui, cette image-là nous colle un peu à la peau… Alors que clairement, quand on va aux Utopiales ou aux Imaginales, on voit qu’il y a un vrai esprit communautaire.

 

J’ai juste une dernière question, puisque tu as l’air si dithyrambique à propos de l’Imaginaire… Pourquoi en lire ?

 

Parce que… je pense que la fiction souffre des travers de notre société. Une grosse partie de ce qui est produit reflète tous les symptômes de la maladie dans laquelle on vit, de notre société malade. Ce qui fait que beaucoup de choses ne sont pas bonnes, et que la fiction n’est pas une fin en soi, mais plutôt un moyen.

L’intérêt des littératures de l’Imaginaire c’est justement d’utiliser la fiction dans tout ce qu’elle peut faire. Comme elle n’est pas limitée par les lois de la gravité ou de la physique telles que nous les concevons aujourd’hui, comme elle a le droit de dire que la magie existe, que l’hyperespace existe, que les Klingons sont une communauté méga-puissante mais quand même une minorité discriminée… tu peux dire tout ça dans l’Imaginaire, et ça sera toujours crédible, et ça te permettra de dire autre chose.

Il faut en lire, parce que si on veut voir ce que peut faire la fiction, aujourd’hui, la littérature de l’Imaginaire en est un très bon moyen. Quand on voit l’écho que ça a en ce moment, que l’association existe, que les institutions nous reconnaissent comme étant légitimes dans notre pratique de recherche… tout ça montre qu’on a quelque chose à dire, que les littératures de l’Imaginaire ont quelque chose à dire.

Les littératures de l’Imaginaire ont au moins l’intérêt de faire rêver. Rien que pour ça il faudrait lire de la littérature de l’Imaginaire.

 

Petit mot de la fin ?

Lisez Dune, sans rire. Si vous voulez comprendre l’actualité, lisez Dune, vraiment !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.