L’écho écrit n°1 // Edito

Chère lectrice, cher lecteur : te voici sur le seuil de ce 1er numéro de la revue L’Echo écrit. Tu as entre les mains, ou face à toi sur ton écran, un objet textuel non-identifié : issu à la fois d’un projet universitaire (cette revue ayant été conçue dans le cadre d’un séminaire du parcours ECCO de la 2e année du Master LGC de l’université Rennes 2), d’un travail collaboratif (mené en grande partie en autonomie par les étudiant.e.s dans la fameuse salle B206) et d’une envie collective de fabriquer de la littérature et des discours sur la littérature, ce 1er numéro propose de mettre en mouvement les formes, les représentations et les enjeux de l’écriture littéraire.

Et c’est à la littérature sauvage, lectrice, lecteur, que tu vas te confronter : sauvage, parce qu’elle prête attention à la nature qui nous entoure, mais sauvage aussi parce qu’elle explore les possibles de la fiction tout comme ses propres confins, mettant à l’épreuve normes et canons.

Ce 1e numéro est à l’image de ses créatrices et créateurs : riche, léger comme l’entendait Italo Calvino dans ses Leçons américaines, inventif, faisant la part belle à la création littéraire mais aussi visuelle. Il est le résultat d’un investissement au long cours, de travaux de groupes ayant donné lieu à de nombreux débats, de relectures minutieuses mais également d’une imagination et d’un savoir-faire qui dépassent largement les attendus d’un cours de master.

C’est pour cela, lectrice, lecteur, que tu dois tenter l’aventure : pour, à ton tour, entrer dans l’arène et prendre part à cette entreprise d’ensauvagement de la littérature, par la littérature.

Gaëlle Debeaux

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.