2021-2022 Une revue à soi

Revue des étudiants du master 2 parcours ECCO
pour l’année 2021-2022


Une revue à soi

Publication du numéro 1 ici

Des étudiant.e.s du Master de Littérature Comparée de l’université Rennes 2 créent une revue littéraire, baptisée Une revue à soi, qui sera diffusée au printemps prochain.

En considération du développement économique et numérique global, qui semble inarrêtable, et la prévision d’une catastrophe écologique et sociale prochaine, quelles nuances la littérature permet-elle d’apporter à notre appréhension du monde ? Des choses ayant été changées aux choses devant être changées, la littérature, mutatis mutando, se fait mouvante victime du drôle de sortilège de Circé.

Navigant des rêves de métamorphose en petites rêvolutions, la revue fera un détour par l’étude de mutations propres à des formes d’intermédialité, du texte à la musique, de la plume au pinceau. Une revue à soi s’inscrit dans une perspective comparatiste et a pour objectif d’aménager, grâce aux écrits qu’elle propose, un espace accueillant l’étrangeté. Celle-ci peut s’incarner dans les rêves, manifestations de l’inconscient ou revendications d’idéaux. Ces deux acceptions du terme concourent en une nouvelle vision du monde qui nous entoure. Une vision à la fois individuelle et collective, une image du passé, du présent ou du futur pour un monde toujours en mouvement.

Qu’en était-il du monde d’avant, qu’en sera-t-il du monde d’après et quelle place ce sort jeté aux mots occupe-t-il dans une société civile et littéraire en perpétuel mouvement ? Parce que le langage est un outil d’interprétation redoutable, selon quelles modalités est-il un adjuvant à l’appréhension de l’avenir ? Quel pouvoir peut-on conférer à la littérature, dans un monde où l’on parle de déclin de l’art et où parler de magistère de l’écrivain n’a plus de sens ? Peut-être que la littérature, par la mise en commun de ses imaginaires, par ses interactions avec des media nouveaux, permet de rêver à un futur différent. Nous souhaitons rêver à une révolution que l’on imagine féministe : nous voulons écrire ensemble nos mythologies, nos idéaux empreints d’intersectionnalité et d’écologie, apprendre à penser les rêves conjointement à la fiction, comme sources de pouvoir pour imaginer l’Après.


La revue du master LGC, Une revue à soi, vous invite cette année à faire un état des lieux de l’avenir. Elle consacrera son dossier central à l’éthique du care féministe. Nous sollicitons des textes théoriques et critiques autour de cette notion pouvant se présenter comme

[…] touch[ant] à un point névralgique des rapports sociaux de sexe, et particulièrement en France, où le fond universaliste, avec son compagnon différentialiste, constitue l’obstacle principal à la légitimation du féminisme. Les objections au care, produites dans cet espace bien spécifique situé à l’intersection de l’intellectuel et du politique, et notamment dans la presse, sont sans doute des preuves de la faiblesse de la réflexion féministe publique et de l’absence de véritable légitimité du champ. […] La controverse du care est celle du féminisme. (Sandra Laugier, « Le care comme critique et comme féminisme » [en ligne] dans Travail, genre et sociétés, 2011/2, n°26, p. 183-188, URL : https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2011-2-page-183.htm.)

Le reste de la revue accueillera des productions libres en lien avec la note d’intention et plus particulièrement les thématiques suivantes: le féminisme, le rêve, l’écologie, le care, etc.

Vos productions pourront prendre les formes énoncées ci-dessous :

– un article scientifique : 20 000 caractères maximum espaces comprises, interligne 1,5 et police classique.

– un essai ou une chronique (un positionnement plus personnel, une étude d’un sujet précis…) : 13 000 caractères maximum espaces comprises, interligne 1,5 et police classique.

– une note de lecture autour d’ouvrages marquants ou à faire connaître de 3 500 signes maximum espaces comprises, interligne 1,5 et police classique.

– une écriture à contrainte (voir l’appel spécifique)

Vos propositions en format de traitement de texte (.doc, .odt, .docx, etc.) devront être envoyées à l’adresse suivante unerevueasoi@gmail.com avant le 11 mars 2022 accompagnées d’une notice de présentation personnelle (discipline ou spécialité, thématiques de recherche, formation, etc.)

Nous vous invitons à respecter le protocole de présentation des presses universitaires Paris Sorbonne (https://sup.sorbonne-universite.fr/sites/default/files/public/files/pups-normes-editoriales-201503.pdf).


Appel à communication Penser créativement l'avenir.jpg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search