Florilège

Par Flora Diraison

Moments doux

De vous à moi. Je n’arrêterai jamais d’écrire sur les moments de tranquillité de ma vie. A priori, il n’y a rien de très passionnant à se sentir bien après une sieste ou une balade auprès d’une personne aimée mais ces moments de douceur doivent être racontés tout autant que les tourments nés de l’âme qui façonnent inlassablement la littérature.

Tomber amoureux

Elle tombe amoureuse tous les jours, tout le temps, de n’importe qui et de n’importe quoi. Parfois, c’est difficile ; souvent, c’est savoureux. Comme une enfant, elle s’extasie devant le nouveau ou l’ancien. Tous les objets sont une source de fascination et de plaisir. Les personnages des romans qu’elle lit densifient son esprit et ses sentiments. Elle chante : l’amour, l’amour, l’amour.

Ponctuation

Comment ! Il est parti sans mot dire ? N’aura-t-il donc pas résisté plus longtemps ? Satané point ! Je le savais… Comment allons-nous faire ? Nous ne pourrons jamais cesser de nous exclamer ! Ou de nous interroger ? Il sait pourtant à quel point il est nécessaire ! Nous ne pouvons pas décemment passer de l’euphorie au désespoir en permanence… Cherchez-le ! Sans lui, nous sommes perdus…

Breton

Être breton. Qu’est-ce que cela signifie ?

Il n’est pas seulement nécessaire d’être né en Bretagne. Il faut y vivre et aimer profondément ses terres et les gens qu’elle abrite. Il faut apprendre quelques coutumes, comprendre quelques expressions, savourer quelques plats, découvrir quelques paysages et boire quelques verres dans les bars.

Ou peut-être qu’il suffit simplement de se revendiquer comme tel.

Vie d’adulte

La vie d’adulte n’impose pas d’oublier de savoir jouer, rire, s’amuser.

Je peux encore courir pour sauter naïvement dans les bras d’une personne que j’aime.

Je peux encore m’imaginer vivre des aventures incroyables avant de m’endormir.

Je peux encore dévorer des tonnes de bonbons.

Je peux encore pleurer devant un dessin animé.

Je peux encore oublier le temps qui passe.

S’oublier

Imagine ce moment où tu t’oublies complètement. Tu ne sais plus qui tu es et la voix qui te juge et t’oppresse tous les jours s’est tue. Tu es pleinement dans l’instant présent, baignée par la chaleur du plaisir qui ne cesse de grandir. Toutes les stupides insultes que tu t’infliges ont disparu, tu es parfaite, tu es infiniment toi.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search