Une voix oubliée : Anne-Marie Dammer

Bientôt je n’étais plus moi-même non plus. Non seulement on prononçait mon nom d’autre façon, mais j’étais une autre personne, j’avais une autre identité.

Une voie oubliée

Ana-Maria Dumitrescu est une romancière, philosophe et critique littéraire franco-roumaine de taille mondiale. L’écrivaine est née le 2 septembre 1954, à Cluj-Napoca, en Roumanie, dans le sein d’une famille modeste, formée d’une mère froide et vicieuse, d’un père fonctionnaire rationnel et trois autres enfants.
Elle suit ses études au Lycée Théorique « Transylvania » de Cluj-Napoca, puis ses études universitaires à la Faculté de Lettres de l’Université de Bucarest. L’envie d’écrire apparaît au moment où sa mère se suicide et son père se remarie avec la meilleure amie d’enfance d’Ana. Elle commence à écrire de petits essais politiques sous le régime communiste roumain qui ont fini à être censurés, rejetés et enfin interdits. Son œuvre est accusée d’avoir manipulé les esprits jeunes. C’est pourquoi elle demande et obtient, en 1981, l’asile politique en France.
À 28 ans, l’écrivaine commence une nouvelle vie littéraire, à Paris, sous le nom d’Anne Marie Dammer, et publie ses principales créations françaises aux éditions Gallimard et Flammarion, parmi lesquelles : Les crimes conjugaux (1987), Les horreurs du communisme (1990), Dolce Agonia (1993), La femme poubelle (1995) et Une voix oubliée (1997). Son écriture trahit son expérience familiale et politique d’avant la vie parisienne.

Présentation de l’éditeur à lire ici

Une voix oubliée

Étant un roman autobiographique écrit par Anne Marie Dammer entre 1994-1996 et publié en 1997, aux Éditions Gallimard, ce récit s’intéresse non seulement aux souvenirs de la narratrice, mais également à une réflexion psychologique et critique sur sa vie, sur la mémoire et sur le temps pendant la période du communisme roumain.

Une jeune femme, une Roumaine, Anne, réfugiée dans un pays de langue française, raconte son existence passée dans son pays d’origine où elle est traquée, surveillée et persécutée par la police politique du régime en place.

Grâce à son rôle central dans la narration, Anne réussit à transposer avec fidélité ses sentiments marqués par l’absence et l’alcoolisme de sa mère, par le mensonge et la lâcheté de son père et par la déloyauté de son amie, Elise. Cette fuite éperdue entre la vie politique et celle familiale est dépeinte à travers l’écriture à la première personne du singulier et aussi par le rapport d’identité qui s’établit entre l’auteure – le personnage – la narratrice Anne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search