Benoist de Belleville

ABBAYE DE BELLEVILLE / SAISON 2020


Association des Amis de l’abbaye de Belleville

&

Archives départementales de la Seine-Maritime


EXPOSITION

BROCHURE

Le projet ici présenté est né d’une collaboration entre les Archives départementales de la Seine-Maritime (site de Rouen), et l’Association des Amis de l’abbaye de Belleville, appuyée par de riches échanges menés avec Louis Damont, jeune étudiant chercheur de l’Université Rennes 2 en littérature française, médiéviste et spécialiste de traduction médiévale (rattaché au laboratoire de recherches CELLAM).

Ses travaux portant sur les humanistes religieux au tournant de la fin du Moyen Âge et début de la Renaissance (XVe et début XVIe siècles), Louis nous a contactés fin octobre 2019 pour l’aider dans ses recherches académiques qui l’ont conduit à s’intéresser à Benoist de Belleville et à sa correspondance.

 

 

 

 

« Nous sommes en 1531, en Normandie, Royaume de France. Un certain Ambroise d’Onfroy s’apprête à rentrer dans les ordres : il deviendra Benoist de Belleville, personnage mis à l’honneur dans la valorisation patrimoniale qui vous est présentée aujourd’hui. Issu de la noblesse normande, Benoist reçoit une éducation complète et est prédestiné à une carrière militaire honorable. Et pourtant, c’est à l’abbaye de Belleville qu’il choisira de passer le reste de sa vie pour se consacrer entièrement à Dieu.

 

Au cours de mes recherches, il m’est apparu qu’un certain moine normand était l’un des destinataires réguliers des lettres de Rabelais, qui n’est autre que notre cher Benoist de Belleville auquel personne n’avait porté un coup d’œil attentif. Sa correspondance avec d’autres humanistes est très probable, pour autant seuls ses échanges avec Rabelais sont avérés. C’est dans un de ces échanges épistolaires (dont la brièveté et la discrétion peuvent en partie expliquer leur absence dans les recherches académiques), que l’on découvre l’existence de productions littéraires jusqu’ici inconnues.L’identification fut difficile ; mais après plusieurs analyses et recoupements – stylistiques, historiques et graphologiques, l’existence de ce moine et ses travaux est devenue incontestable. Il n’existe apparemment pas de textes entièrement conservés. Néanmoins, et grâce au travail des Archives départementales de la Seine-Maritime, certains extraits sous forme de lais ont pu être retrouvés et exhumés. C’est ainsi à votre tour de découvrir les aventures de Perseveils, preux chevalier fantasque et quelque peu loufoque (et très probablement imaginé sous l’influence de la fleur de pavot, dont il est question dans un des billets épistolaires présentés).

Louis DAMONT

L’exposition présente des manuscrits originaux, documents d’époque et traduction.
La brochure de l’exposition à télécharger ici présente plusieurs extraits inédits de la correspondance et de l’œuvre de Benoist de Belleville.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search